Bilan

Les Etats-Unis parviendront-ils à sauver Porto Rico?

Les déclarations contradictoires de Donald Trump sur l’île des Caraïbes endettée jusqu’au cou déconcertent des parlementaires américains qui veulent la sauver sans investir l’argent des contribuables.

Le candidat républicain à la Maison-Blanche a fait part sur CNN de son opposition à l’utilisation de fonds publics pour sauver l’île.

Crédits: Sipa

Après Detroit et Wall Street, Porto Rico. La perspective que le gouvernement américain doive débloquer des fonds pour sauver l’île des Caraïbes, comme il l’avait pour sauver l’industrie automobile et les banques au lendemain de la crise financière de 2008, donne la chaire de poule aux élus américains. La semaine dernière, le protectorat américain n’a pas pu honorer une dette de 422 millions de dollars. Porto Rico, qui est endetté à au hauteur de 70 milliards de dollars, a désormais une échéance le 1er juillet pour une somme de 2 milliards de dollars.

Le temps presse et Paul Ryan, le président républicain de la Chambre des Représentants, a fait du soutien à Porto Rico l’une de ses priorités. Mais le Congrès est complètement paralysé en cette année d’élections présidentielles aux Etats-Unis. Les parlementaires ont été jusqu’ici incapables de se mettre d’accord sur un programme permettant d’alléger le poids des dettes pesant sur l’île de 3,5 millions d’habitants.

Un nouvelle proposition de loi est attendue ce mercredi. L’idée centrale devrait rester la même que celle du texte “enterré” le mois dernier. Ce projet de loi prévoit la création d’un “conseil d’administration” contrôlant la dette de Porto Rico et ayant le pouvoir de la restructurer devant les tribunaux.

L'argent des contribuables

En revanche pas question pour l’instant d’investir l’argent des contribuables pour payer les dettes de l’île, une perspective qui réjouit les conservateurs comme Salim Furth et Rachel Greszler, deux économistes de l’Heritage Foundation à Washington. “Le Congrès devrait rester ferme et montrer que les autorités locales et les créanciers ne peuvent espérer pas une aide de Washington pour corriger leurs erreurs”, estiment-ils dans un récent rapport sur Porto Rico.

Donald Trump a fait parler de lui à cause de ses déclarations contradictoires ces derniers jours. Mercredi dernier, le candidat républicain à la Maison-Blanche avait fait part sur CNN de son opposition à l’utilisation de fonds publics pour sauver l’île. Le lendemain, Trump avait déclaré sur Fox News qu’un sauvetage de l’île était inévitable. “C’est possible de restructurer la dette. Les détenteurs d’obligations vont enregistrer des pertes. Il faut les laisser se prendre une claque”.

De son côté, l’administration Obama fait pression pour que les parlementaires trouvent une solution au plus vite. Jack Lew, le Secrétaire au Trésor, s’est rendu lundi à Porto Rico et a mis en garde le Congrès contre l’inaction dans ce dossier. “La crise financière ne concerne pas que les détenteurs d’obligations”, a-t-il affirmé. “Il s’agit de la vie de 3,5 millions d’Américains qui vivent à Porto Rico”. Alejandro Garcia Padilla, le gouverneur de Porto Rico a pour sa part prévu que si le Congrès ne trouvait pas de solution rapidement, “nous aurons besoin d’un plan de sauvetage et ça coûtera très cher aux contribuables américains”.

Une situation qui se dégrade 

La semaine dernière, Jack Lew avait déjà prévenu dans une lettre à Paul Ryan que Porto Rico n’avait pas les moyens de payer sa dette. Dans un billet publié par Fortune, Amilcar Antonio Barreto, un professeur associé de sciences politiques à l’Université de Northeastern estime que la situation à Porto Rico est sur le point de se dégrader encore plus.

Selon lui, Porto Rico ne devrait pas être en mesure de s’extraire de sa crise financière comme l’avait l’Argentine dans une situation similaire en 2001. Les raisons: une économie frappée de plein fouet par les délocalisations depuis que le Congrès a mis fin à un programme de réductions fiscales pour les entreprises s’installant dans l’île. Et in exode de la population vers les Etats-Unis qui a fait plongé ses recettes fiscales.

 

Jean-Cosme Delaloye

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."