Bilan

Les conditions du secteur bancaire suisse se sont améliorées, selon la BNS

Les conditions économiques et financières pour le secteur bancaire suisse se sont améliorées ces douze derniers mois, mais des risques substantiels demeurent.

La BNS a également élaboré différents scénarios d'évolution négative: crise de la dette en zone euro, crise dans les marchés émergents, récession aux Etats-Unis, choc des taux d'intérêts.

Crédits: Reuters

Les conditions économiques et financières pour le secteur bancaire suisse se sont améliorées ces douze derniers mois, mais des risques substantiels demeurent, selon le rapport de stabilité financière 2015 publié jeudi par la Banque nationale suisse (BNS). L'institut d'émission signale toutefois que si la situation s'est globalement redressée, l'évolution a été contrastée selon les zones géographiques.

Sur le plan conjoncturel, la banque centrale table sur une poursuite de la croissance aux Etats-Unis et une reprise en Europe. En Suisse, la croissance devrait être freinée par le franc fort, avec pour conséquence une légère montée du taux de chômage. La BNS a également élaboré différents scénarios d'évolution négative: crise de la dette en zone euro, crise dans les marchés émergents, récession aux Etats-Unis, choc des taux d'intérêts.

En Suisse, les conditions ont été relativement favorables en 2014, avant de se détériorer à cause de l'appréciation du franc en janvier 2015 suite à l'abandon du taux plancher face à l'euro. Par ailleurs, la baisse constante des taux d'intérêts "comporte le risque d'un nouveau déséquilibre sur le marché suisse des hypothèques et de l'immobilier à moyen terme", en particulier dans le secteur résidentiel, souligne la BNS.

Les grandes banques suisses ont continué d'améliorer leur capitalisation, mais à un rythme inférieur à celui de l'année précédente. Elles sont déjà parvenues à remplir la plupart des critères "too big to fail" ainsi que les normes Bâle III, qui devraient entrer en vigueur à partir de 2019.

L'institut d'émission relève qu'en 2014, les banques commerciales axées sur le marché domestique ont augmenté leur exposition aux marchés hypothécaire et immobilier, même si cette augmentation est inférieure à celle constatée les années précédentes.

MARCHÉ IMMOBILIER SOUS PRESSION DES TAUX BAS

La croissance des volumes hypothécaires et des prix de l'immobilier suivent à peu près l'évolution constatée au cours des derniers trimestres, une évolution qualifiée de "positive" par la BNS, même si la baisse des taux d'intérêts risque d'augmenter à nouveau le déséquilibre sur ces marchés à moyen terme.

Si la dynamique de ces secteurs venait à s'accélérer, "des mesures additionnelles ciblant directement la prise de risque des banques pour les prêts hypothécaires pourraient devenir nécessaires", prévient la BNS. A cet égard, une attention particulière s'impose dans le domaine de l'investissement immobilier, plus susceptible d'être affecté de manière conséquente par la hausse de la demande d'investisseurs en quête de rendement.

La banque centrale fait remarquer que les mesures prises jusqu'ici concernent principalement le segment de l'immobilier à des fins d'habitation.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."