Bilan

Les caisses de pension retrouvent leur situation d'avant-crise

A la faveur d'un marché boursier robuste, les caisses de pension suisses ont amélioré en 2014 leur situation de financement, avec un niveau de couverture proche de celui d'avant la crise financière.

A fin 2014, les caisses de pension font état d'une situation de financement "satisfaisante à bonne", indique le sondage de Swisscanto publié mardi. L'an passé, elles ont profité des avancées de cours de 12% pour les actions suisses et de plus de 25% pour les actions américaines en francs suisses, auxquels s'ajoutent les gains sur les obligations, surtout américaines.

Crédits: Keystone

A la faveur d'un marché boursier robuste, les caisses de pension suisses ont amélioré en 2014 leur situation de financement, avec un niveau de couverture proche de celui d'avant la crise financière. Face au défi des taux d'intérêt négatifs, moins d'une institution de prévoyance sur quatre envisage de revoir sa stratégie de placement.

A fin 2014, les caisses de pension font état d'une situation de financement "satisfaisante à bonne", indique le sondage de Swisscanto publié mardi. L'an passé, elles ont profité des avancées de cours de 12% pour les actions suisses et de plus de 25% pour les actions américaines en francs suisses, auxquels s'ajoutent les gains sur les obligations, surtout américaines.

Plus de 90% des participants à l'enquête ont atteint une performance entre 5% et 10%. "Le rendement moyen des avoirs ressort à 7,31%", a précisé lors de la présentation des résultats à Zurich Othmar Simeon, directeur de Swisscanto. L'entité est désormais propriété à 100% de la Banque cantonale de Zurich (ZKB).

PARTICIPATION RECORD

A la fin de l'année écoulée, les caisses privées affichent un degré de couverture de 113,6% en valeurs pondérées par la fortune, contre 110,3% en 2013. Ce taux atteint 103,5%, après 100,7%, pour les caisses de droit public avec capitalisation totale et sans garantie de l'Etat et 83,6% (74,6%) pour celles à capitalisation partielle.

Au total, 437 caisses de pension ont participé au sondage, contre 370 l'année précédente. Leur fortune consolidée s'élève à 560 mrd CHF (506 mrd CHF en 2013) et le nombre d'assurés atteint 3 millions au total. L'enquête de Swisscanto couvre ainsi quelque deux tiers des institutions de prévoyance du pays.

Si la situation actuelle a de quoi les réjouir, les perspectives, elles, se sont assombries. Les caisses se déclarent très affectées par l'introduction des taux d'intérêt négatifs décidée par la Banque nationale suisse (BNS). Elles regrettent surtout que la BNS rejette leur demande de dérogation.

Pour mémoire, la banque centrale a abaissé le 22 janvier d'un demi-point à -0,75% le taux d'intérêt appliqué aux avoirs en comptes de virement dépassant un certain montant exonéré. Une mesure destinée à rendre les placements en francs moins attrayants, et partant, à affaiblir la devise helvétique.

"Pour atteindre le rendement cible, les caisses doivent s'exposer à des risques plus élevés", soutient René Raths, responsable de la prévoyance auprès de la ZKB. Or, en raison de prescriptions légales, les placements à risque n'entrent en ligne de compte que sous certaines conditions.

COÛTS DE COUVERTURE

"La BNS veut encourager les acteurs du marché à investir à l'étranger. C'est ce que les caisses de pension font déjà", selon M. Raths. Entre 2007 et 2013, le volume des obligations étrangères est passé de 69,4 mrd CHF de francs à près de 91 mrd CHF, celui des actions de 101 à 135 mrd CHF.

Sur le front des placements, la marge de manoeuvre est limitée, estime l'expert de la ZKB. Investir à l'étranger suppose en outre une couverture des risques de change. "Ces charges ont plus que doublé depuis l'introduction des taux négatifs", précise M. Raths.

Les intérêts de court terme devraient rester en terrain négatif, sur un horizon à un an, selon la ZKB. Le franc devrait se renchérir au vu de la politique de la Banque centrale européenne, et des taux négatifs sont à escompter à plus long terme. Si ces derniers s'accentuent encore, les établissements financiers n'auront d'autre choix que de les répercuter davantage sur les caisses de pension.

RÉTABLISSEMENT À BAS NIVEAU

Seules 22% des caisses évaluées, représentant 144 mrd CHF d'avoirs, vont adapter leur portefeuille d'investissements au contexte des taux bas. Comment? En augmentant la part de l'immobilier et des actions, au détriment des obligations, explique Iwan Deplazes, responsable de la gestion d'actifs à la ZKB. Les plus petites institutions sont moins flexibles.

Sur le front des taux, deux répondants sur trois au sondage comptent sur un rétablissement graduel, mais à un bas niveau. Un scénario de déflation à la japonaise est évoqué par 16% des institutions, tandis que 13% espèrent une normalisation.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."