Bilan

Les Bourses européennes repartent à la baisse

Les marchés européens repartaient à la baisse jeudi dans la matinée, le fort repli de Wall Street la veille et des places asiatiques jeudi venant les couper dans leur élan.

La Bourse de Londres a ouvert en baisse jeudi, dans l'attente d'une décision de la Banque d'Angleterre sur un possible relèvement des taux d'intérêt.

Crédits: Reuters

Les marchés européens repartaient à la baisse jeudi dans la matinée, le fort repli de Wall Street la veille et des places asiatiques jeudi venant les couper dans leur élan.


La Bourse de Francfort recule de 0,63%

Le Dax des trente valeurs vedettes reculait de 0,63% à 10.237,70 points à 07H30 GMT. Il avait gagné plus de 2% au total mardi et mercredi, à la faveur de la bonne tenue des marchés en Asie, et notamment de l'envol du Nikkei.

Celui-ci n'a été qu'un "feu de paille", constatait Christian Schmidt, stratège actions de la banque Helaba. La Bourse de Tokyo a chuté de 2,51% jeudi.

En queue de Dax, EON s'enfonçait de 3,91% à 9,29 euros. Le géant allemand de l'énergie a annoncé tard mercredi qu'il allait passer des dépréciations de plusieurs milliards d'euros (plus de 5 mais moins de 10) au troisième trimestre, qui conduiront cette année à une lourde perte nette. EON a en outre revu sa copie sur sa scission, et va finalement garder dans son giron ses activités de production nucléaire. Cela réduit l'attrait du "nouveau EON" pour les investisseurs, jugeait Michael Schäfer, analyste d'Equinet.

Son concurrent RWE perdait 2,53% à 12,71 euros. Plusieurs journaux font état d'une bataille pour prendre la tête du conseil de surveillance du groupe d'énergie, en difficultés chroniques. Le tenant du poste Manfred Schneider s'en va en avril prochain, et voudrait installer à sa place l'ex-directeur financier de SAP, rapporte le Handelsblatt. Les communes actionnaires de RWE ne l'entendent pas de cette oreille, et penchent pour l'ancien ministre de l'Economie Werner Müller.

Les automobiles, à la fête mercredi, étaient à nouveau en baisse. Volkswagen lâchait 0,71% à 168,55 euros, Daimler 0,62% à 73,73 euros.

BMW faisait mieux (+0,33% à 85,82 euros) après la publication de ses chiffres de ventes mondiales pour le mois d'août, en hausse de 7% sur un an. La croissance en Chine sur la période janvier à août, à 0,9%, témoigne néanmoins du ralentissement du rythme sur ce marché, et BMW évoque dans un communiqué "un environnement difficile dans certains marchés".

En haut du Dax, K+S prenait 1,60% à 36,27 euros, toujours soutenu par la perspective d'une offre hostile du canadian Potash Corp.

Juste derrière, Lufthansa s'appréciait de 0,47% à 11,75 euros. Le trafic revient à la normale jeudi pour la compagnie, après une grève des pilotes mardi et mercredi. La justice allemande a en outre coupé l'herbe sous le pied au syndicat Cockpit pour de prochains arrêts de travail.


La Bourse de Londres en baisse de 0.79%

La Bourse de Londres a ouvert en baisse jeudi, dans l'attente d'une décision de la Banque d'Angleterre sur un possible relèvement des taux d'intérêt.

Vers 07H30 GMT l'indice FTSE-100 des principales valeurs reculait de 49,51 points ou 0,79% à 6.179,51 points.

"Des annonces décevantes en Asie cette nuit semblent peser sur le marché ce matin", a expliqué Craig Erlam, analyste chez Oanda. "Bien entendu, la tension est très forte en ce moment et il n'en faut pas beaucoup pour provoquer des réactions", a-t-il souligné.

"On attend aujourd'hui que la Banque d'Angleterre garde le taux d'intérêt inchangé", a ajouté l'analyste, soulignant "le ton plus ferme de la Fed (Réserve fédérale américaine) ces derniers mois, malgré la très faible inflation, ce qui laisse à penser qu'il y a un vrai désir des banquiers centraux de prendre le plus tôt possible le chemin de la normalisation", a conclu l'analyste.

Du côté des valeurs, elles retombaient quelque peu après la séance de hausse de la veille.

Le groupe d'habillement Next prenait la tête de l'indice, progressant de 2,35% à 7.855 pence après l'annonce de résultats semestriels meilleurs que prévu. Il a néanmoins averti que la hausse du salaire minimum pourrait avoir un impact sur les prix, deuxième entreprise à faire cette annonce depuis le début de la semaine, après Whitbread, maison-mère de Costa Coffee.

Le groupe Marks and Spencer profitait de la tendance et prenait 0,20% à 508,50 pence.

La chaîne de supermarchés Morrisons, qui a vendu ses magasins de proximité mercredi, chutait au contraire en bas de l'indice, perdant 3,58% à 169,60 pence. Elle a annoncé jeudi des résultats semestriels en baisse et la fermeture de 11 supermarchés, et a prévenu que la route du retour au bénéfice serait longue.

Les autres entreprises du secteur accusaient aussi le coup: Tesco perdait 2,09% à 187,20 pence et Sainsbury 1,36% à 240,10 pence.

Les groupes miniers, très exposés à la situation économique chinoise, reculaient également: Anglo American perdait 1,56% à 731,30 pence, BHP Billiton 1,81% à 1.067 pence, Rio Tinto reculant seulement de 0,44% à 2.367 pence.


La Bourse de Paris perd 0.64%

Après trois jours de hausses consécutives, la Bourse de Paris marquait le pas dans les premiers échanges (-0,64%).

A 09H34 (07H34 GMT), l'indice CAC 40 perdait 29,66 points à 4.634,93 points. La veille, il avait nettement progressé de 1,44%.

L'économie française a recommencé à créer des emplois au deuxième trimestre 2015 dans le secteur marchand (+23.800), enregistrant une "légère hausse" de 0,2%, après avoir été stable au premier trimestre.

La production industrielle française s'est nettement repliée en juillet par rapport au mois précédent (-0,8%), une nouvelle fois freinée par la baisse de l'industrie manufacturière (-1%) tandis qu'en Espagne, elle a bondi en juillet sur un an.

Du côté des valeurs, Valeo (-2,35% à 1156,60 euros) souffrait d'un abaissement de recommandation à "sous-performer" contre "neutre" auraparavant par les analytes d'Exane BNP Paribas.

Le reste du secteur automobile était également à la peine: Renault perdait 1,39% à 75,10 euros, Michelin 1,43% à 84,87 euros et Peugeot 0,51% à 15,72 euros.

Publicis résistait (-0,25% à 63,29 euros). Le groupe a annoncé l'acquisition de The Creative Counsel Group (TCC), le plus grand groupe intégré d'agences marketing en Afrique du Sud.

Wendel reculait de 1,13% à 114,20 euros après avoir annoncé un bénéfice net de 32,2 millions d'euros au premier semestre, divisé par deux sur un an du fait de moindres plus-values et d'un changement de périmètre.

Crédit Agricole (-0,67% à 11,78 euros) est sur le point de conclure un accord avec les autorités américaines comprenant une amende pouvant se chiffrer jusqu'à 1 milliard de dollars pour clore des enquêtes sur des violations présumées d'embargos.

Hermès (+0,30% à 315,55 euros) profitait de l'annonce d'un partenariat avec Apple pour la conception de plusieurs bracelets de cuir pour la montre Apple Watch, une opération présentée comme "un nouvel attelage".

Gameloft souffrait en revanche (-6,67% à 3,50 euros) après avoir affiché une perte nette de 16,6 millions d'euros au premier semestre, à cause notamment de ventes décevantes sur les marchés chinois et japonais.

Le résultat net en hausse au premier semestre d'Aubay (+0,73% à 16,48 euros) était salué par le marché, Mr Bricolage (-3,79% à 12,70 euros) pâtissant en revanche de l'annonce d'un résultat net en baisse de 64,8%, sur le premier semestre.

Enfin, Toupargel s'inscrivait en forte baisse de 6,67% à 5,60 euros en dépit d'une réduction de ses pertes au premier semestre, tandis que Groupe Gorgé perdait 6,10% à 23,85 euros après être tombé dans le rouge au premier semestre.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."