Bilan

Les Bourses européennes rebondissent fortement après la BCE

Les Bourses européennes accéléraient le rythme vendredi matin, après les annonces la veille de la BCE qui a déployé l'artillerie lourde pour relancer la croissance en zone euro.

Le marché Parisien reprenait sa marche en avant au lendemain d'une séance marquée par une forte volatilité en raison de doutes sur la BCE.

Crédits: AFP

Les Bourses européennes rebondissaient fortement vendredi matin, après les annonces de la Banque centrale européenne (BCE) la veille.

La Bourse de Francfort en hausse de 2,06%

A Francfort à 08H42 GMT, l'indice vedette Dax s'affichait en forte hausse de 2,06% à 9.694,07 points, compensant presque son recul de 2,31% la veille. Le MDax des valeurs moyennes prenait lui 1,97% à 19.532,75 points.

La place Francfortoise continue de jouer au yo-yo. Elle repart en forte hausse après avoir joué aux montagnes russes de la veille. En l'absence d'indicateurs d'importance, son attention est toujours tournée sur la signification de l'augmentation massive de la puissance de feu de la BCE.

Son président Mario Draghi a annoncé bien plus que ce qu'attendaient les marchés pour relancer la croissance en zone euro. La réaction initiale a été positive, mais les investisseurs ont terminé la séance de jeudi dans le doute.

L'artillerie lourde déployée par la BCE est-elle la réponse définitive aux problèmes d'un Vieux Continent englué dans une reprise balbutiante ? La confiance revenait en tout cas vendredi matin.

"La banque centrale a-t-elle épuisé sa dernière cartouche ?", s'interrogeait pourtant Christian Schmidt, analyste chez Helaba, encore hésitant à porter un jugement sur l'efficacité des mesures annoncées.

L'optimisme momentané permettait à tous les pensionnaires du Dax de graviter dans le vert, à l'exeption de l'énergéticien RWE (-0,25% à 10,42 euros).

En tête de l'indice, Deutsche Bank (+3,22% à 17,62 euros) et Deutsche Telekom (+3,24% à 15,79 euros) menaient le bal.

Ils étaient suivis par le constructeur automobile BMW (+3,13% à 77,78 euros), porté par l'annonce d'une hausse de 7,9% de ses ventes mondiales de voitures sur un an en février.

Non loin derrière, le concurrent Volkswagen prenait 3,03% à 112,15 euros, malgré l'annonce d'un recul de 4,7% des ventes de voiture de sa marque phare et éponyme en février.

Même de nouvelles révélations du quotidien Süddeutsche Zeitung, selon lequel des ingénieurs de Volkswagen aux Etats-Unis auraient continuer à optimiser le logiciel des moteurs truqués vers la fin début 2014 et le début 2015, alors que le régulateur californien avait déjà entamé une procédure contre le groupe, ne parvenaient pas à ébranler le rebond de l'action.

Enfin, chez les valeurs moyennes, le spécialiste de la distribution Metro gagnait 2% à 24,45 euros, après que l'hebdomadaire spécialisé Lebensmittel Zeitung a révélé que le groupe cherche un acquéreur pour ses supermarchés Real à la peine, rapporte le courtier Steubing.

La Bourse de Paris prend 2,20%

A 09H26 (08H26 GMT), l'indice CAC 40 prenait 95,72 points à 4.446,07 points. La veille, il avait perdu 1,70% après avoir gagné 3% en séance.

Parmi les valeurs, le secteur bancaire était recherché, signe que les annonces de la BCE rassurent. BNP Paribas prenait 4,11% à 48,05 euros, Crédit Agricole 4,20% à 10,32 euros et Société Générale 3,22% à 35,92 euros.

Le secteur lié aux matières premières progressait à l'image de Vallourec (+1,56% à 7,10 euros), Total (+2,07% à 41,65 euros), Technip (+1,12% à 48,54 euros) et ArcelorMittal (+3,84% à 4,41 euros), ce dernier ayant dévoilé les modalités de son augmentation de capital de 3 milliards de dollars.

Spie grimpait (+3,45% à 15,89 euros). Le groupe a terminé dans le vert l'année 2015, marquée par son introduction en Bourse et la progression de son activité, grâce notamment à des acquisitions.

Renault avançait moins vite que le marché (+0,78% à 80,00 euros) après un abaissement de recommandation par Credit Suisse, tout comme Carrefour (+0,32% à 23,76 euros) par UBS.

Sodexo prenait 2,05% à 93,60 euros. Le groupe va remplacer Alstom (+0,72% 0 21,80 euros) dans l'indice CAC 40 à partir du 21 mars.

Amundi (+3,97% à 38,80 euros), Worldline (+0,57% à 21,31 euros) et Spie vont quant eux intégrer l'indice SBF 120 à la place de Coface (+1,25% à 7,21 euros) et Adocia (+1,74% à 57,43 euros).

Auféminin était en légère hausse (+0,13% 0 23,99 euros). Le groupe, propriété du géant allemand de l'édition Axel Springer, a vu son bénéfice s'envoler en 2015 (+137%) grâce à l'international et l'intégration réussie de Livingly Media en Italie.

Stallergenes Greer prenait 7,78% à 27,00 euros après avoir obtenu l'autorisation de reprise totale de la production sur son site d'Antony (Hauts-de-Seine), avec les allergènes préparés spécialement pour un seul individu (APSI).

Jacquet Metal Service était en forte baisse (-3,51% à 11,83 euros). La société a doublé ses résultats en 2015, malgré une fin d'année "dans le rouge" en raison de l'évolution très défavorable de ses marchés.

Enfin, Viadeo perdait 3,21% à 1,51 euro. La société, en difficulté, a enregistré en 2015 une perte nette de 23,3 millions d'euros due notamment à la fermeture de ses activités en Chine.

La Bourse de Londres gagne 1,72%

Vers 08H20 GMT, l'indice FTSE-100 des principales valeurs prenait 103,54 points ou 1,72%, à 6.1740,24 points. Il avait terminé jeudi en forte baisse de 1,78% au terme d'une séance volatile.

Le marché a d'abord réagi positivement avant de se retourner jeudi, pris de doutes.

"Les marchés ont fait un caprice" mais "les annonces d'hier sont positives", ont estimé Mike van Dulken et Augustin Eden.

Parmi les valeurs, le secteur financier était en forte hausse, à l'image de l'assureur Aviva qui bondissait de 4,40% à 486,3 pence.

Les banques progressaient bien, avec Barclays (+3,69% à 165,8 pence), Standard Chartered (+3,26% à 463,1 pence), Royal Bank of Scotland (RBS) (+3,07% à 228,5 pence) et Lloyds Banking Group (+2,68% à 70,80 pence).

Old Mutual prenait 1,73% à 188,5 pence alors que le groupe financier d'origine sud-africaine a annoncé qu'il allait se séparer en quatre entités.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."