Bilan

Les Bourses européennes plombées par le pétrole évoluent à la baisse

Les Bourses européennes évoluaient en nette baisse jeudi matin, rattrapées après deux jours d'embellie par la nouvelle chute des cours du pétrole.

La Bourse de Paris a ouvert jeudi sur un net décrochage (-1,44%), rattrapée après deux jours d'embellie par la nouvelle chute des cours du pétrole, qui s'est répercutée sur l'ensemble des marchés.

Crédits: AFP

Les Bourses européennes évoluaient en nette baisse jeudi matin après deux jours d'embellie, rattrapées par la nouvelle chute des cours du pétrole.

La Bourse de Francfort perd 1.25%

La Bourse de Francfort évoluait en nette baisse jeudi matin, ne résistant pas à la nouvelle vague d'inquiétudes qui s'est abattue sur Wall Street et les marchés asiatiques.

L'indice Dax, qui ne parvient que très temporairement à rebondir depuis le début de l'année, perdait vers 08H15 GMT 1,25% à 9.835,96 points. L'indice des valeurs moyennes MDax évoluait dans la même veine avec un recul de 1,17% à 19.358,51 points.

"La Chine et la chute des prix du pétrole causent toujours du souci, ce qui entraîne des inquiétudes sur la conjoncture", résume Christian Schmidt d'Helaba, qui estime que les moments de reprise du Dax ne seront que de courte durée pour l'heure.

L'Office fédéral allemand des statistiques Destatis va permettre dans la matinée d'y voir plus clair sur la conjoncture allemande en dévoilant les premiers chiffres de la croissance économique du pays en 2015. Les analystes interrogés par Bloomberg tablent sur une augmentation de 1,7% du Produit intérieur brut (PIB) du pays, un peu mieux que les 1,6% 2014.

Parmi les trente valeurs du Dax, seul le fabricant d'engrais et de sel K+S (+1,14% à 20,91 euros), qui selon le quotidien FAZ envisagerait une mise en Bourse partielle de son activité de sel de déneigement, sortait la tête de l'eau.

Le groupe Beiersdorf était quasiment à l'équilibre (-0,06% à 81,41 euros). Le fabricant de la crème Nivea a dévoilé jeudi matin un chiffre d'affaires 2015 en augmentation de 6,4% à 6,7 milliards d'euros, des performances "convaincantes" pour Thomas Maul, analyste chez DZ Bank.

A l'autre extrémité du tableau se trouvaient le groupe de matériel de dialyse Fresenius Medical Care (-3,03% à 73,77 euros) et Lufthansa (-2,23% à 14 euros), qui, selon le journal Handelsblatt, peine à mettre sur les rails sa filiale Eurowings, qui manquerait de pilotes et enregistrerait beaucoup de vols en retard.

La Bourse de Paris décroche de 1.44%

A 09H18 (08H18 GMT), l'indice CAC 40 perdait 63,31 points à 4.328,63 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,30%.

Les marchés européens enregistrent une "forte baisse ce matin par +solidarité+ avec les indices américains, l'effondrement de l'indice japonais et sans base solide pour qu'il y ait (actuellement) un rebond probant", a souligné John Plassard de Mirabaud Securities.

Wall Street a en effet lourdement rechuté mercredi soir, affectée par le plongeon des cours du brut, et les marchés asiatiques ont suivi jeudi matin.

Après une reprise des indices "alimentée par un rebond des prix du pétrole, et une amélioration des derniers chiffres chinois du commerce extérieur, malheureusement les rouages ont commencé à se gripper en fin d'après-midi (mercredi) quand les prix du brut ont de nouveau reflué", a expliqué Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

En Asie, le cours du baril de Brent de la mer du Nord était inférieur à 30 dollars jeudi dans un marché démoralisé par la hausse des stocks de brut et d'essence américains, qui ne fait qu'ajouter aux inquiétudes quant à l'excès d'offre.

L'actualité des banques centrales sera par ailleurs soutenue, avec une décision de politique monétaire de la Banque d'Angleterre et la publication des minutes correspondantes.

La Banque centrale européenne (BCE) doit aussi publier le compte-rendu de sa dernière réunion de début décembre dont l'issue avait grandement déçu les marchés.

Son président Mario Draghi avait ainsi annoncé un allongement de son programme de soutien monétaire mais sans l'augmenter contrairement aux espoirs nourris par les investisseurs.

Du côté des indicateurs, le nombre de créations d'entreprises en France a reculé de 4,7% en 2015. Les prix à l'importation pour le même mois aux États-Unis et ainsi que leurs demandes hebdomadaires d'allocation chômage sont aussi à l'agenda.

La journée verra également se réunir les ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe).

Sur le terrain des valeurs, Casino montait de 1,11% à 41,17 euros après l'annonce d'un chiffre d'affaires en baisse de 4,8% (+0,3% en organique) pour l'année 2015, à 46,14 milliards d'euros, pénalisé par le Brésil et les changes et malgré un redressement de ses activités en France.

TF1 ne bénéficiait pas (-1,87% à 9,82 euros) de l'annonce de l'acquisition auprès de la FIFA des droits de diffusion des "28 meilleurs matchs" des Coupes du monde de football qui se dérouleront en Russie en 2018 et au Qatar en 2022.

Vivendi (-0,86% à 18,93 euros) et Bolloré (-1,07% à 3,88 euros), actionnaires de son concurrent Canal Plus, baissaient également.

EDF reculait de 0,17% à 12,07 euros alors que le groupe devrait présenter une offre ferme pour le rachat partiel de l'activité réacteurs d'Areva (-0,06% à 5,06 euros), valorisée à un peu plus de 2,5 milliards d'euros, selon Les Echos, un montant sur lequel se seraient accordées les deux entreprises.

La ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal, a annoncé par ailleurs qu'elle rendrait son verdict sur l'évaluation du coût global du projet Cigéo d'enfouissement des déchets radioactifs à Bure (Meuse) "dans les jours qui viennent".

Alstom ne profitait pas (-1,35% à 27,45 euros) de la confirmation de ses objectifs pour 2015/2016, et de l'annonce d'un chiffre d'affaires de 1,6 milliard d'euros au troisième trimestre, en hausse de 7%.

ADP perdait 0,54% à 101,95 euros, en dépit du trafic record des aéroports de Paris - Orly et Charles-de-Gaulle - en 2015 avec 95,4 millions de passagers, en hausse de 3% malgré les attentats de janvier et de novembre à Paris.

Elis bénéficiait (+1,63% à 15,91 euros) du relèvement de sa recommandation à "surpondérer" contre "neutre" par Morgan Stanley, tout comme Seb (+1,09% à 90,31 euros) relevé à "acheter" contre "neutre" par UBS.

Sodexo à l'inverse était lourdement affecté (-4,74% à 86,90 euros) par l'abaissement à "sousperformer" par RBC Capital.

La Bourse de Londres chute de 1.41%

Vers 08H30 GMT, l'indice FTSE-100 des principales valeurs perdait 84,16 points ou 1,41% par rapport à la clôture de la veille, à 5.876,81 points.

Le moral des investisseurs s'est assombri avec "la volatilité persistante des cours du pétrole tandis que les attaques de Jakarta en ont rajouté pendant la nuit", ont observé Mike van Dulken et Augustin Eden chez Accendo Markets.

Parmi les valeurs, le groupe de parcs de loisirs Melin Entertainement chutait de 5,05% à 408,1 pence à la suite de l'abaissement de la recommandation d'une banque.

Le secteur du tourisme était sous pression à la suite des dernières attaques terroristes, avec InterContinental Hotels (-3,70% à 2.396 pence), EasyJet (-3,14% à 1.637 pence) ou le groupe de croisières Carnival (-2,90% à 3.786 pence).

Les supermarchés Tesco bondissaient en revanche de 6,85% à 169,15 pence après avoir annoncé des ventes solides à Noël.

Le groupe de luxe Burberry gagnait 2,61% à 1.141 pence à la suite d'un rapport d'activité bien accueilli.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."