Bilan

Les Bourses européennes continuent de baisser

Les Bourses européennes ont continué à baisser mardi déprimées comme la veille par les doutes sur le secteur bancaire et les craintes sur l'économie mondiale.

A Francfort, l'indice vedette Dax a clôturé en nette baisse de 1,11% à 8.879,40 points et le MDax des valeurs moyennes a cédé 0,58% à 17.744,62 points.

Crédits: Reuters

Les Bourses européennes ont continué à baisser mardi déprimées comme la veille par les doutes sur le secteur bancaire et les craintes sur l'économie mondiale.

"Le stress est généralisé sur le marché", observe Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque, évoquant les craintes sur l'économie, le pétrole et désormais "le secteur bancaire qui est dans l'oeil du cyclone".

Après une journée dépourvue d'indicateur notable, les investisseurs attendent l'intervention devant le Congrès américain mercredi et jeudi de la présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui a remonté ses taux fin 2015.

L'Eurostoxx 50 a chuté de 1,75 %.

La Bourse de Paris a terminé en forte baisse (-1,69%), à son plus bas niveau depuis octobre 2014.

L'indice CAC 40 a perdu 68,77 points à 3.997,54 points.

BNP Paribas a perdu 3,56% à 37,90 euros, Crédit Agricole 4,54% à 7,84 euros, Société Générale 4,38% à 28,83 euros et Natixis 5,46% à 3,86 euros.

Les titres pétroliers ont aussi souffert, à l'image de Technip (-5,04% à 40,52 euros), Total (-3,58% à 36,81 euros), CGG (-17,54% à 0,47 euro) et Vallourec (-12,41% à 3,46 euros).

ArcelorMittal a été fortement pénalisé (-10,79% à 2,88 euros) par l'abaissement de sa recommandation à la fois par JPMorgan et ING, tandis que Goldman Sachs a relevé la sienne.

A Londres, l'indice FTSE-100 des principales valeurs a perdu 50,23 points ou 0,88% par rapport à la clôture de la veille, à 5.639,13 points.

Le secteur minier a terminé en forte baisse avec une chute d'Anglo American (-11,25% à 333,8 pence), suivi par Glencore (-8,13% à 94,44 pence), BHP Billiton (-5,85% à 666,1 pence) et Rio Tinto (-4,86% à 1.751 pence).

Les banques ont encore souffert, comme Standard Chartered (-5,55% à 403,3 pence), Barclays (-4,67% à 156,25 pence) ou Royal Bank of Scotland (RBS) (-2,21% à 225,6 pence).

La chaîne d'habillement Next a gagné 3,65% à 6.665 pence, grace à une note positive de Moody's.

A Francfort, l'indice vedette Dax a clôturé en nette baisse de 1,11% à 8.879,40 points et le MDax des valeurs moyennes a cédé 0,58% à 17.744,62 points.

Les banques allemandes ont fini en queue, seul l'énergéticien RWE faisant pire avec une chute de 4,48% à 11,62 euros.

Commerzbank a lâché 4,35% à 6,32 euros. Sa concurrente Deutsche Bank a dérapé de 4,27% à 13,23 euros bien que son patron John Cryan estime qu'elle "reste solide comme un roc".

Le groupe immobilier Vonovia a cédé 0,16% à 25,60 euros, alors que son offre de rachat hostile sur son concurrent Deutsche Wohnen expire mardi à minuit et semble vouée à l'échec.

Parmi les rares valeurs à résister, Deutsche Telekom (+1,01% à 14,45 euros), le fabricant de logiciels professionnels SAP (+0,61% à 66,38 euros) et le spécialiste du matériel de dialyse Fresenius Medical Care (+0,59% à 72,79 euros).

L'indice AEX des principales valeurs de la Bourse d'Amsterdam a clôturé en baisse de 2,00% à 392,58 points, avec toutes les valeurs dans le rouge.

Delta Lloyd a dévissé de 14,01% à 4,67 euros, et Arcelor Mittal a perdu 10,79% à 2,88 euros.

A la Bourse suisse,l'indice SMI a clôturé à 7.583,27 points, en recul de 2,27%.

Seule la pharmaceutique Actelion a progressé de 1,06% à 123,80 CHF après la publication de ses résultats 2015.

Les bancaires étaient en chute libre avec Credit Suisse (-8,38% à 13,01 CHF), UBS (-5,64% à 13,73 CHF) et Julius Bär (-2,74% à 36,90 CHF).

LafargeHolcim a également été en net repli (-4,93% à 34,14 CHF) après l'annonce du départ de son co-président Wolfgang Reitzle et de la révision de son projet de cession d'actifs en Inde.

La Bourse de Bruxelles a cédé 0,73%. L'indice BEL-20 des valeurs vedettes a terminé à 3.168,29 points.

Titre de loin le plus échangé, celui de l'assureur Delta Lloyd --également coté à Amsterdam-- a dégringolé de 14,01% à 4,67 euros, tandis que KBC group (banque et assurance) connaissait la deuxième plus mauvaise performance du BEL-20, avec un repli de 2,76% à 45,21 euros.

Seules trois des 20 valeurs vedettes sont parvenues à se hisser dans le vert. Parmi elles le métallurgiste Umicore a pris 1,87% à 34,08 euros.

A la Bourse de Milan l'indice phare FTSE Mib a perdu 3,21%, à 15.913 points, plombé par les valeurs bancaires.

Carige a dévissé de 10,51%, à 0,464 euro.

Parmi les autres banques en forte baisse, Ubi Banca cédait 8,87%, à 3,144 euros, suivie de Banco Popolare (-8,63% à 6,355 euros), Banca Popolare di Milano (-8,35% à 0,5485 euro), Unicredit (-7,91%, à 2,77 euros) ou encore Intesa Sanpaolo (-6,21%, à 2,146 euros).

Egalement en fort recul: Ferrari, qui a perdu 5,94%, à 30,4 euros.

Seules quelques valeurs étaient en hausse comme Telecom Italia (+3,57% à 0,87 euro), Campari (+1,56% à 7,18 euros) et Mediaset (+1,36%, à 2,976 euros).

La Bourse de Lisbonne a clôturé en baisse de 2,39%, à 4.657,14 points avec ses 17 valeurs dans le rouge.

Parmi les banques portugaises, la BCP a dévissé de 6,97% à 0,03 euro. Sa concurrente BPI a reculé de 2,87% à 0,98 euro.

Le secteur papetier n'a pas été épargné: Portucel a plongé de 4,04% à 2,69 euros, Altri s'est contracté de 3,45% à 3,13 euros tandis que Semapa a terminé en baisse de 2,04% à 10,09 euros.

Le groupe diversifié Sonae (-3,65% à 0,93 euro) et le pétrolier et gazier Galp Energia (-3,23% à 10,50 euros), un poids lourd, ont aussi compté parmi les plus fortes baisses.

La Bourse de Madrid a clôturé sous la barre symbolique des 8.000 points, en baisse de 2,39%.

L'Indice Ibex-35 a clôturé à 7.927,60 points, après avoir cédé plus de 3% à la mi-journée, plus forte baisse depuis l'été 2013.

Les plus fortes chutes ont été celles de la branche espagnole d'ArcelorMittal, qui a cédé 10,39% à 2,89 euros et de la compagnie d'infrastructures Sacyr, qui a reculé de 5,88% à 1,34 euro.

Parmi les principales valeurs bancaires, Banco Popular a cédé 4,48% à 2,07 euros et Banco Santander, première banque européenne par sa capitalisation, a chuté de 3,87% à 3,39 euros.

Une des rares valeurs en hausse était Gamesa, le grand fabricant d'éoliennes, un rachat par Siemens n'étant pas exclu. Après avoir chuté lundi de 7%, le titre a repris des couleurs (+5,55% à 16,54 euros).

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."