Bilan

Les blogs financiers sont légion. Lesquels suivre?

Petits indépendants et gourous mondiaux publient en ligne des avis à contre-courant destinés aux investisseurs. Une mine d’or potentielle.

Vous parlez chinois? Peut-être lisez-vous les bons tuyaux de l’analyste Xu Xiaoming, en haut du hit-parade des blogs financiers les plus lus au monde, avec un milliard et demi de visites à mi-2011. Ces sites Web de niche se comptent par dizaines de milliers. Et s’avèrent des concurrents de taille pour les courtiers de Wall Street. Tandis que de plus en plus de pointures émergent en ligne, des plates-formes comme l’américain Business Insider ou le suisse alémanique Marktpirat sont vite passées au statut de sites d’information complet. De son côté, la grande presse économique assoit l’autorité de ses protégés: avec un ton incisif et informel, MarketBeat, du Wall Street Journal, et Alphaville, du Financial Times, figurent en tête des incontournables de la blogosphère financière. Ces sources alternatives dament le pion aux médias traditionnels. La société de services financiers Incrementum Advisors, à Baar, suit carrément une stricte ligne de conduite pour s’écarter du mainstream de l’information. «Nous évitons les grands médias trop consensuels de type CNN ou CNBC, pointe du doigt le cofondateur Stefan Kremeth. Les professionnels indépendants donnent une grille de lecture inédite via leurs blogs. Même si nous n’abondons pas toujours dans leur sens, ils offrent une vision alternative nécessaire qui renforce la qualité de notre service aux clients.» Quelles sont ses pépites d’internet? Le trader ne les nommera pas. «On ne dévoile pas ses outils de travail», souligne-t-il.

Les blogs personnels, tenus par des acteurs de la branche, des académiques ou même des internautes hors du circuit financier, peuvent donc s’avérer de véritables mines d’or. Encore faut-il faire le tri. Des recherches qui requièrent un temps précieux dont ne disposent pas tous les professionnels. «Nous recevons déjà une grande quantité de documents d’analyses et de recherches bancaires, témoigne un trader genevois plus conservateur. De plus, j’ai de la peine à me baser sur des opinions lorsque je ne connais pas l’auteur, son employeur et par conséquent ses intérêts à publier telle ou telle opinion. La presse traditionnelle demeure pour moi la référence.»

Information  Les blogs financiers se comptent par dizaines de milliers. Comment faire le tri?   Les gourous se relaient

Jeremy Grantham, l’influent président de la firme GMO, évoque récemment ses inquiétudes face au futur du capitalisme. Dennis Gartman, gestionnaire réputé d’un gros hedge fund, estime à fin 2011 que la flambée de l’or est pour l’heure terminée. Bill Gross, patron de PIMCO qui gère le plus grand fonds obligataire du monde, admet son erreur lorsqu’il a manqué son pari sur l’obligataire américain l’an dernier. Quant à l’investisseur Marc Faber, il est connu pour avoir prédit la crise financière actuelle. Le point commun entre ces quelques pontes de la finance: la publication régulière de lettres d’investissement. Cette littérature, scrutée à la loupe, peut bousculer les mouvements du marché tant les auteurs exercent une influence reconnue sur la communauté des investisseurs. «Ces prophètes se passent le relais selon les humeurs du marché. Lorsque les cours sont à la baisse, c’est par exemple le grand pessimiste Nouriel Roubini qui sera sur toutes les lèvres. Une fois qu’il est à la hausse, place à un autre de ces gourous», illustre Thomas Veillet, fondateur du blog financier Morningbull, à Genève. «Il y en a toujours un qui aura raison. Mais ce sera rarement le même pendant une longue période, ajoute Raphaël Prongué, trader devenu consultant. La force des petits et grands commentateurs est souvent surestimée et donne une vision fantasmée de la bourse. Les gros hedge funds et les instituts financiers restent les véritables faiseurs de tendance.»

Peu de blogs romands

La Suisse, haute place financière, n’a paradoxalement pas développé quantité d’alternatives à l’information boursière classique. Peu d’individus dans la région romande se lancent dans le commentaire financier indépendant. Une situation qui étonne face à la pléthore de blogs qui pullulent chez nos voisins français. «Le milieu est tellement fort que seuls les médias traditionnels et l’information véhiculée par les acteurs concernés ont le dessus. La blogosphère plus ou moins indépendante n’y a pour l’heure pas sa place», estime Jérôme. Le Romand, qui souhaite rester anonyme, est le fondateur de dividendes.ch, une plate-forme concentrée sur les entreprises qui versent des bénéfices à leurs actionnaires. Thomas Veillet, patron de son propre fonds, a choisi l’humour pour décrypter quotidiennement l’état du marché sur son blog. Morningbull compte 3000 personnes dans sa liste de distribution électronique et fait état de 5000 connexions par jour. «Je sers l’information financière à ma sauce. Les gérants – ceux qui sont éloignés du monde des traders – doivent pouvoir utiliser ces quelques pages pour expliquer en résumé la situation du marché à leurs clients. Ceux-ci ne veulent pas de descriptions techniques, ils veulent savoir directement où investir et pourquoi.» Ses billets lui ont permis de développer un solide réseau de contacts au sein des banques, appuyé par plus de vingt ans d’activité dans l’industrie. Vulgariser des éléments de finance, c’est aussi l’objectif que s’est fixé le conseiller François Meylan sur sa plate-forme Meylan Finance: «J’ai pris l’initiative de créer un blog alors que je révisais l’identité visuelle de la société de gérance que j’ai rejointe en 2010. Sous mon propre nom, pour éviter les ambiguïtés.» La vigilance reste de mise pour les internautes, noyés dans une multitude de plates-formes. Il faut détecter celles qui sont créées dans le seul but de promouvoir des investissements personnels. D’autant que la blogo-sphère financière n’est pas spécifiquement encadrée par la loi en cas de diffusion d’informations biaisées. Selon la FINMA, cette faute tomberait sous le coup de l’article 61 du Code pénal qui sanctionne les délits d’initié de manière générale.

«Je ne parle pas des performances de mon fonds et j’évite toute recommandation sur ce blog, assure Thomas Veillet. A la lecture, les internautes peuvent bien sûr ressentir les titres que j’aime ou non selon mes positions sur les thèmes évoqués.» Olivier Crottaz, fondateur de Crottaz Finance, publie des analyses et des conseils boursiers sur son blog éponyme lancé en 2008. «Lorsque je fais des recommandations sur des titres, je fais bien attention de souligner les risques potentiels de ces placements.» Ce sont ces fameux «disclaimers» qui déchargent les auteurs de toute responsabilité. Quant aux banques, si elles s’aventurent dans la blogosphère, c’est notamment pour diffuser des contenus autopromotionnels. Un outil marketing audacieux pour elles, mais peu pertinent pour les internautes en quête d’information indépendante. Les contraintes commerciales des instituts financiers empêchent les analystes d’exprimer des avis indépendants. Même restriction, à une autre échelle, pour les blogueurs qui évoluent professionnellement dans le milieu financier. La plupart d’entre eux bannissent les thématiques en conflit avec les intérêts de leur entreprise. Les vrais indépendants, ceux qui disent tout haut ce que les autres pensent tout bas, appartiennent à une espèce rare.

 

Notre sélection des sites qui comptent

Denis Gartman, The Gartman Letter Le bulletin (payant) du célèbre gestionnaire est notamment suivi pour son expertise sur les devises (cloud.thegartmanletter.com).

Peter Schiff, The Peter Schiff Show L’ex-conseiller de Bill Clinton avait prédit la crise des subprimes. Vision indépendante de la finance américaine (peterschiffblog.blogspot.com, www.schiffradio.com).

Jeremy Grantham, The Grantham Letter Le stratège de GMO demeure une référence sur les bulles financières. Il avait anticipé la crise de 2008 (www.gmo.com).

Barry Ritholtz, The Big Picture Analyses pointues d’un des journalistes économiques les plus importants aux Etats-Unis (www.ritholtz.com).

Joshua Brown, The Reformed Broker L’évolution des marchés avec dérision (www.thereformedbroker.com).

Georges Ugeux, Démystifier la finance Critiques des institutions financières par l’ancien vice-président de la Bourse de New York (finance.blog.lemonde.fr).

Ftalphaville.ft.com Le blog incisif et indépendant du Financial Times.

www.zerohedge.com Le point de vue contestataire de blogueurs de Wall Street sur l’industrie financière.

www.leap2020.eu Une réelle alternative à l’information classique sur la crise globale.

www.abnormalreturns.com L’incontournable agrégateur de billets financiers.

www.opalesque.com Tout sur les hedge funds avec les commentaires de la rédaction.

www.allaboutalpha.com Blog de référence sur la gestion alternative et les hedge funds.

www.margincall.fr Des traders décortiquent la finance avec humour.

www.les-crises.fr Analyses didactiques avec graphiques originaux.

www.crossingwallstreet.com Le guide pour les investisseurs individuels.

www.lemetropolecafe.com Spécialiste des métaux précieux (payant).

peterlbrandt.com Spécialiste des matières premières.

Les romands

www.morningbull.ch L’état des marchés au quotidien avec humour.

www.dividendes.ch Commentaires sur les titres qui versent des dividendes.

www.meylan-finance.ch Vulgarisation de la finance et critiques.

blog.crottaz-finance.ch Contenus financiers qui sortent de l’ordinaire (taux d’intérêt historiques, graphes inédits).

Illustration: Robert Palmer, Dr

Dino Auciello

ANCIEN RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Dino Auciello a été rédacteur en chef adjoint à Bilan, responsable de bilan.ch, de novembre 2014 à juillet 2017. Il a rejoint Bilan en 2010, après avoir terminé ses études à l’Académie du Journalisme et des Médias de Neuchâtel.

Du même auteur:

Une PME en héritage: les clés d’une relève familiale réussie
Comment Cenovis s’attaque au marché alémanique

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."