Bilan

Les banquiers tessinois inquiets pour l'avenir de leur activité

Avec la levée du taux plancher et le programme italien de régularisation fiscale, les perspectives pour la branche sont incertaines, d'après l'Association bancaire tessinoise.

L'association rappelle que malgré la crise internationale, le secteur financier reste un des plus importants de l'économie tessinoise, avec une contribution de 13,2% au PIB cantonal.

Crédits: Keystone

La place financière tessinoise doit faire face à deux évènements qui vont avoir des répercussions majeures sur leur activité. Il s'agit de l'entrée en vigueur du programme italien de régularisation des avoirs déposés à l'étranger et de la décision de la Banque nationale suisse (BNS) de lever le taux plancher face à l'euro, indique mercredi le comité exécutif de l'Association bancaire tessinoise (ABT).

Pour les banques tessinoises, l'exercice 2014 s'est terminé sur une note mitigée. Alors que les activités avec la clientèle suisse confirment une tendance positive, les perspectives concernant la clientèle étrangère restent très difficiles, s'inquiète l'ABT dans un communiqué.

Les patrimoines sous gestion sont restés stables essentiellement en raison de l'évolution favorable des places boursières. Les activités de commission et de négoce ont connu une légère embellie, alors que les opérations d'intérêts sont restées stables.

En dépit des marges bénéficiaires de plus en plus restreintes en raison de la faiblesse des taux, l'ABT prévoit une augmentation des crédits à la clientèle. Fin 2013, les prêts hypothécaires accordés par les banques tessinoises se montaient à 41,8 mrd CHF, rappelle l'association.

EMPLOI STABLE MAIS...

A la fin de l'année dernière, le canton comptait 50 établissements, soit quatre de moins qu'un an plus tôt. En 2014, pour la première fois depuis cinq ans, le nombre d'employés de la branche a légèrement augmenté, pour s'établir à 7137 équivalent plein temps (EPT). Mais cette augmentation est à mettre sur le compte des sociétés détenues par les banques, explique l'ABT.

Parmi les facteurs qui poussent les établissements à réduire leurs effectifs, l'ABT cite les incertitudes fiscales, les pressions sur le secret bancaire, l'érosion de la profitabilité et la réorientation sur le coeur d'activité. Le taux de chômage du secteur s'élève actuellement à 1,9%. La suppression de postes est réalisée "dans une très large mesure" par des fluctuations normales de personnel, y compris des retraites anticipées.

Contrairement à d'autres secteurs économiques tessinois, la place financière emploie essentiellement de la main d'oeuvre locale. Ainsi ce ne sont pas moins de 96% des employés de la branche qui résident dans le canton. Les prévisions pour 2015 sur le front de l'emploi reflètent une "évolution incertaine" qui s'inscrit dans un "contexte de consolidation du secteur bancaire au niveau international", selon l'ABT.

L'association rappelle que malgré la crise internationale, le secteur financier reste un des plus importants de l'économie tessinoise, avec une contribution de 13,2% au produit intérieur brut (PIB) cantonal.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."