Bilan

Les banquiers paniquent après l'arrestation de Raoul Weil

L'ex dirigeant d'UBS Raoul Weil est en prison en Italie. S'il accepte son extradition aux Etats-Unis, il pourrait collaborer avec les autorités américaines. A la plus grande crainte des autres banquiers.
  • Raoul Weil, ancien numéro 3 d'UBS dont il était le directeur général de la gestion de fortune, est aujourd'hui dans la tourmente. Il est arrêté en octobre 2013 dans un hôtel de luxe en Italie par un mandat d'arrêt américain. Il est soupçonné d'avoir organisé l'évasion fiscale de 20'000 clients américains, pour une somme de quelque 20 milliards de dollars. Crédits: AFP
  • Bradley Birkenfeld, ancien d'UBS, est condamné, en 2009, à 3 ans et 4 mois de prison et à 30 000 dollars d'amende auxquels s'ajoutent 100'000 dollars de frais de justice. Il a aidé 19'000 clients d'UBS à se soustraire au fisc américain. Les informations qu'il a données à l'IRS ont permis à Washington de récupérer 5 milliards de dollars ! Du coup, il a été récompensé : il a touché 100 millions de francs pour sa coopération avec l'IRS. Une façon pour les Etats-Unis de faire passer le message aux autres potentiels informateurs. Crédits: AFP
  • Christos Bagios, ancien d'UBS, est arrêté à New York en janvier 2011 alors qu'il y séjourne en vacances. Il purge 37 jours de prison et 20 mois de liberté conditionnelle pour avoir aidé des dizaines de contribuables américains à se soustraire au fisc américain entre 1992 et 2009 pour une somme estimée de 400 à 500 millions de dollars. Crédits: AFP
  • En 2008, ancien responsable chez UBS de la gestion de fortune aux Etats-Unis, Martin Liechti est sous les ordres de Raoul Weil. Il est ici entendu par une sous-commission du Sénat américain sur le système d'évasion fiscale mis en place par la banque sur le territoire américain. Arrêté en mai 2008 à l'aéroport de Miami, il passe plusieurs mois en Floride en résidence surveillée, un bracelet électronique à la cheville. Il a dû quitter la banque au terme de son épreuve. Selon le Tages-Anzeiger, il a reçu l'assurance écrite des autorités américaines qu'il ne serait plus poursuivi. Crédits: AFP
  • Deux employés de Julius Baer sont inculpés en octobre 2011 par la justice américaine. Ils ont aidé quelque 180 citoyens américains à se soustraire au fisc pour une sommes estimée à 600 millions de dollars. Crédits: AFP
  • La banque privée saint-galloise Wegelin est condamnée en mars 2013 à 74 millions de dollars d'amendes et indemnités pour avoir aidé ses clients à frauder le fisc américain. Crédits: AFP
  • En 2010, UBS est condamnée à une amende record qui permet de mettre fin aux poursuites américaines à son encontre. Le numéro 1 bancaire suisse doit verser 780 millions aux Etats-Unis. Ici, Marcel Ospel, qui présidait la banque dans les années incriminées. Crédits: AFP

L'arrestation en Italie de Raoul Weil, son ancien responsable de gestion de fortunes, n'émeut pas UBS plus que çà. Comme la banque l'a fait dire par ses porte-paroles, c'est de l'histoire ancienne et le dossier est clos avec l'accord de 2010. C'est peut-être le cas pour l'institut mais pas pour ses collaborateurs.

L'effet d'une bombe

Et ces derniers tremblent à l'idée de ce qui pourrait se passer. Car si Raoul Weil accepte son extradition, il pourrait rapidement partir pour les Etats-Unis. Et personne ne croit qu'il se taira pour passer cinq années en prison, comme il en court le risque, ajoute le Tages Anzeiger.

S'il collabore avec la justice américaine pour réduire sa peine, ses révélations pourraient avoir l'effet d'une bombe.

Le cas Martin Liechti

L'ancien numéro trois de la banque à l'époque est poursuivi depuis novembre 2008. Ne s'étant pas présenté devant la cour en janvier 2009, un tribunal de la Floride l'avait alors considéré comme un fugitif et émis un mandat d'arrêt international. La justice américaine le soupçonne d'avoir eu des «co-conspirateurs» ayant des postes «aux plus hauts niveaux» de la banque. Toutefois la plainte ne cite aucun nom.

C'est ce point qui fait peur parmi les anciens cadres d'UBS. Comme le rapporte le site Insiderparadeplatz, un ancien collaborateur de la banque se souvient d'une séance où étaient présents de nombreux responsables des activités extraterritoriales de la banque, en plus de Georges Gagnebin, qui fut autrefois chef du Private Banking. Et où il était recommandé de prospecter à l'acquisition de nouveaux clients hors de Suisse.

Il est toutefois un banquier qui a déjà subi les foudres de la justice américaine. Martin Liechti, subordonné de Raoul Weil en tant qu'ancien responsable de la gestion de fortune américaine, avait été arrêté en mai 2008 à l'aéroport de Miami . Il avait dû rester quelques mois en résidence surveillée en Floride, un bracelet électronique à la cheville.

D'autres têtes vont tomber?

Si la justice américaine n'en dit pas plus sur l'identité de ces «co-conspirateurs», comment ne pas penser à Marcel Ospel, président du Conseil d'administration jusqu'en avril 2008 et auparavant, directeur général. Ou encore son successeur Peter Wuffli, lui même remplacé en 2007 par Marcel Rohner, qui dirigeait la gestion de fortune depuis 2002 avant Raoul Weil et avait donc été son supérieur. Sans oublier Peter Kurer, qui avait remplacé Marcel Ospel à la présidence d'UBS après en avoir été le juriste en chef.

Et il n'est pas sûr que Raoul Weil se montre très bienveillant envers ses anciens employeurs qui s'étaient empressés de le laisser tomber et de le relever de toutes ses fonctions dès sa condamnation connue en novembre 2008. La banque avait agi de même quelques mois plus tôt avec Martin Liechti.

Ce dernier risque moins que son ancien patron. Selon le Tages-Anzeiger, il a reçu l'assurance écrite des autorités américaines qu'il ne serait plus poursuivi. Un avantage dont aimeraient bien profiter d'autres membres de l'ancienne direction surtout si Raoul Weil se met à parler.

UBS présente ses chiffres le 29 octobre

Et ses déclarations pourraient également réveiller la Finma, l'autorité de surveillance des marchés financiers en Suisse. Cette même Finma qui avait attesté que la direction d'UBS n'était pas impliquée dans les affaires illégales de ses collaborateurs.

Cette arrestation tombe donc assez mal pour UBS, faisant ressortir de vieilles casseroles alors que le numéro un de la branche bancaire se prépare à présenter ses chiffres trimestriels mardi prochain 29 octobre, alors que Credit Suisse se sera déjà prêtée à l'exercice quelques jours plus tôt, le 24 octobre.



1/8 Raoul Weil, responsable jusqu'en 2008 de la gestion de fortunes chez UBS
Image: Keystone

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."