Bilan

Les banques suisses veulent créer des emplois

Environ un tiers des banques suisses tablent sur une amélioration sur le front de l'emploi d'ici la fin de l'année, selon une étude de l'Association suisse des banquiers.

Les signaux sont au vert pour la croissance du secteur bancaire, même si l'environnement actuel est chargé d'incertitudes.

Crédits: keystone

La lumière apparaît au bout du tunnel pour les employés du secteur bancaire en Suisse. D'après un sondage de l'Association suisse des banquiers (ASB), environ un tiers des banques sondées tablent sur une amélioration sur le front de l'emploi d'ici la fin de l'année. Les deux tiers restants s'attendent à une situation inchangée.

Les signaux sont au vert pour la croissance du secteur bancaire, même si l'environnement actuel est chargé d'incertitudes, a indiqué jeudi l'ASB dans son baromètre dédié à la branche.

Au premier semestre, l'emploi s'est légèrement replié, mais les chiffres attendus pour l'avenir devraient être positifs. L'année dernière, le nombre de postes a diminué de 7,7% à 93'554 équivalents plein temps. Cela s'explique principalement par le fait qu'une grande banque a délocalisé ses services centraux hors du siège vers des sociétés de services intragroupe sans licence bancaire et ce, en raison de la réglementation, précise l'ASB. Corrigé de cet effet, le repli n'était que de 0,9%.

La réduction des effectifs a été particulièrement marquée dans les grandes banques (-23,1%) ainsi que dans les banques étrangères (-2,9%). La catégorie "Autres banques" a essuyé un repli de -1,3%.

Les banques cantonales et régionales créent de l'emploi

En revanche, les banques cantonales, les banques régionales et caisses d'épargne, les banques Raiffeisen, les banquiers privés et les banques boursières ont créé au total 694 postes en 2017. Les plus fortes augmentations des effectifs ont été enregistrées dans les banques boursières (+3,3%), les banques Raiffeisen (+2,4%) et les banquiers privés (+2,2%). Les banques cantonales ainsi que régionales et caisses d'épargne (chacun +0,2%) ont affiché une hausse plus timide.

Selon les statistiques mensuelles du SECO, le taux de chômage dans le secteur bancaire a baissé au premier semestre 2018 par rapport à décembre 2017, à 2,3%, soit en-deçà du taux de chômage moyen dans l'économie globale, qui était de 2,4% en juin 2018.

Le produit d'exploitation total des banques est resté stable en 2017 à 62,5 milliards de francs. Le léger repli du résultat des opérations d'intérêt a pu être compensé par la progression des revenus dans celle des commissions et services ainsi que dans le négoce.

Avoirs sous gestion records

Le bénéfice annuel consolidé a progressé de 24% à 9,8 milliards de francs, et la somme des bilans a augmenté de 4,8% à 3249 milliards.

Les avoirs sous gestion ont atteint un nouveau plafond depuis la crise financière, avec une hausse de 9,6% à 7292 milliards, la part des avoirs de clients étrangers est quant à elle restée stable. La gestion de fortune institutionnelle a enregistré la plus forte croissance et gère des avoirs de 3386 milliards (+13,4%).

Avec une part de marché de 27,5%, la Suisse s'affirme comme incontournable sur le marché mondial de la banque privée. Toutefois, pour continuer d'appartenir aux centres financiers de poids, il faut une nouvelle amélioration des conditions cadres dans les domaines du marché de l'emploi, de la régulation et de la formation, plaide l'ASB.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."