Bilan

Les banques suisses doivent se spécialiser pour capter la clientèle entreprise

Les banques suisses doivent se spécialiser et proposer de nouvelles offres, notamment numériques, pour enrayer la baisse des recettes générées par la clientèle entreprise.

Les banques sont invitées à adopter un positionnement stratégique clair, si elles entendent continuer à profiter de la croissance économique.

Crédits: Keystone

Les banques suisses sont confrontées à une baisse des recettes générées par la clientèle entreprise, recul qui ne peut pas simplement être compensé par des mesures d'économie. Les établissements doivent se spécialiser et proposer de nouvelles offres, notamment numériques, pour enrayer la tendance, indique jeudi le cabinet de conseil Roland Berger.

Les banques sont invitées à adopter un positionnement stratégique clair, si elles entendent continuer à profiter de la croissance économique. Dans son étude "Corporate Banking 2020", Roland Berger constate que la clientèle entreprise est toujours considérée comme un contributeur important aux revenus du secteur.

"Les recettes sont sous pression, alors que simultanément les défis de la numérisation, les exigences toujours plus élevées de la clientèle ne font que renforcer une concurrence déjà forte", souligne Robert Buess, associé auprès du cabinet munichois. L'arrivée sur le marché d'acteurs "non-bancaires" a accentué la dynamique.

Pour illustrer son propos, Roland Berger détaille la situation allemande. Les recettes tirées de la clientèle entreprise a reculé à 30 mrd EUR en 2016, contre 35 mrd cinq ans auparavant. En Suisse, l'érosion se chiffre à 10 mrd CHF, l'évolution se faisant toutefois à un rythme plus lent qu'outre-Rhin.

En Allemagne, 76% entreprises interrogées sont contentes ou très contentes de leur banque. Plus d'un tiers d'entre elles souhaitent néanmoins un renforcement de l'offre numérique, principalement dans le conseil. "Dans ce cas, (...), la perte de parts de marché s'explique par l'arrivée des prestataires nouveaux et dynamiques", selon l'associé Dominik Loeber.

Roland Berger conseille d'abandonner une approche généraliste au bénéfice d'une spécialisation, d'un modèle d'affaires focalisé afin de se démarquer clairement de la concurrence. En outre, l'élaboration ou l'adoption de plateformes technologiques peut permettre à une banque d'occuper une ou plusieurs niches et élargir ainsi la base de la clientèle.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."