Bilan

Les banques régionales s'attendent à une consolidation

Le nombre de banques régionales suisses devrait se replier ces prochaines années sous l'effet de fusions et de reprises, selon une étude.

Les banques régionales opèrent principalement dans le secteur hypothécaire. La réduction des marges implique donc que les bénéfices peuvent s'éroder très rapidement dans leur coeur de métier.

Crédits: Keystone

Les banques régionales suisses évoluent dans un environnement marqué par une concurrence intense, des coûts croissants et des marges d'intérêts en continuelle contraction. Le nombre d'établissements devrait se replier ces prochaines années sous l'effet de fusions et de reprises, selon une étude présentée mardi lors d'un podium de discussion organisé à Zurich par schweizeraktien.net.

Les patrons des banques régionales prédisent dans leur écrasante majorité la réalisation de ce scénario: 97% des directeurs généraux (CEO) sondés estiment que le nombre d'acteurs dans la branche aura baissé d'ici dix ans. Ils pensent néanmoins que la situation de leurs établissements est encore positive, tout en restant prudents. Dans une échelle de 1 (misérable) à 10 (excellente), un tiers décerne la note 6 au secteur, contre 7 pour le reste.

La branche compte 58 banques régionales et caisses d'épargne, soit un cinquième de l'ensemble des établissements suisses, avec une somme de bilan de 107,9 mrd à fin 2014. Valiant et Clientis font partie des acteurs majeurs.

Le recul des marges d'intérêts semble ne jamais devoir prendre fin. Le mouvement est ininterrompu depuis 2009. Valiant représente la seule exception: le groupe bernois a réussi à stabiliser cet indicateur l'année dernière. Ses marges d'intérêts restent toutefois inférieures à celles de la concurrence. Les niveaux actuels sont acceptés comme une "nouvelle réalité" par les personnes interrogées dans le cadre de l'étude.

BAISSE CONTINUE DES TAUX, SELON LA MAJORITÉ

Questionnés sur le développement des marges, les CEO sondés s'avèrent partagés. La moitié d'entre eux s'attend pour l'année prochaine à une nouvelle baisse, près de 20% prévoit une stabilisation, contre 14% qui table sur une hausse.

Les banques régionales opèrent principalement dans le secteur hypothécaire. La réduction des marges implique donc que les bénéfices peuvent s'éroder très rapidement dans leur coeur de métier. Les établissements tentent d'amortir ces effets en misant sur "l'innovation, la diversification stratégique et la spécialisation", selon l'étude.

Grâce à leur bilan solide, les banques régionales pourraient tirer leur épingle du jeu en cas de revirement précoce de l'environnement des taux d'intérêts, à condition d'avoir passé sans encombre les difficultés actuelles. Cette robustesse devrait permettre aux établissements de lancer des plans de croissance, notamment par le biais de fusions et de partenariats stratégiques.

L'étude met toutefois à l'index le détachement des responsables de la branche pour les opérations bancaires numériques, qui pourrait coûter de précieuses parts de marché.

Les investisseurs montrent de plus en plus d'intérêt pour les banques régionales, réputées notamment grâce à leurs solides dividendes.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."