Bilan

Les banques grecques doivent être recapitalisées "dès la mi-août"

Christian Noyer, membre du conseil de la BCE et gouverneur de la Banque de France, souhaite une recapitalisation dès la mi-août des banques grecques.

Le gouverneur de la Banque de France fait par ailleurs part de son opposition à une ponction directe sur les dépôts des clients des établissements financiers, en se disant "contre l'idée de solliciter les gros déposants grecs car ce sont aujourd'hui en majorité des PME", petites et moyenne entreprises.

Crédits: AFP

Le gouverneur de la Banque de France et membre du conseil des gouverneurs de la BCE Christian Noyer souhaite vendredi une recapitalisation dès la mi-août des banques grecques, exsangues du fait des retraits massifs et de la dégradation économique.

"Une première injection de capital" dans les banques grecques "serait souhaitable pour stabiliser le secteur" dès la mi-août, estime-t-il dans un entretien au journal "Le Monde".

La première tranche "du nouveau plan de recapitalisation intégré à l'accord du 13 juillet" entre la Grèce et les créanciers doit être apportée "juste après la signature du plan d'aide" entre la Grèce et ses créanciers "attendue le 11 août", dit M. Noyer, qui siège au conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE).

L'accord du 13 juillet sur un éventuel plan d'aide d'environ 80 milliards d'euros à la Grèce estime notamment qu'environ 25 milliards d'euros pourraient être destinés à recapitaliser les banques grecques. Les estimations du gouvernement grec chiffrent à environ 10 milliards d'euros le besoin en capital.

"L'urgence est de stabiliser l'économie et de restaurer la confiance, pour faire revenir (les) dépôts", ajoute-t-il.

Après l'apport de cette aide, le Fonds grec de stabilité financière, qui contrôle 55% du capital des banques, va donc voir sa part s'accroître et une fois la crise passée, "il pourra revendre ses actions au secteur privé", anticipe Christian Noyer.

Le gouverneur de la Banque de France fait par ailleurs part de son opposition à une ponction directe sur les dépôts des clients des établissements financiers, en se disant "contre l'idée de solliciter les gros déposants grecs car ce sont aujourd'hui en majorité des PME", petites et moyenne entreprises.

"Cela reviendrait à détruire l'outil productif du pays", déclare-t-il en assurant que sa position est "largement partagée au sein du conseil des gouverneurs" de la BCE.

"Nous espérons qu'une telle clarification favorise le retour de la confiance et d'une grande partie des 90 milliards d'euros sortis de Grèce depuis 2010 et (fasse) sortir les billets de banque de sous les matelas", poursuit-il.

Les banques grecques ont rouvert lundi après trois semaines de fermeture instaurée pour protéger le système bancaire des retraits massifs, des restrictions et des contrôles de capitaux restant cependant en place.

Le ministre grec des Finances Euclide Tsakalotos a indiqué mercredi qu'une recapitalisation des banques grecques devrait intervenir d'ici la fin de l'année.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."