Bilan

Les banques chinoises face à une montée des créances douteuses

Les banques chinoises feront face en 2016 à une volatilité accrue et verront encore grimper leurs créances douteuses, alors que l'assombrissement de l'économie alimente les défauts de paiement.

Les établissements financiers de la deuxième économie mondiale "devront probablement affronter des pertes de crédit plus sévères qu'attendu" sur les prêts non remboursés, et "une volatilité exacerbée des marchés" plombant leur activité, a indiqué dans une note Standard & Poor's (S&P).

Crédits: AFP

Les banques chinoises feront face en 2016 à une volatilité accrue et verront encore grimper leurs créances douteuses, alors que l'assombrissement de l'économie alimente les défauts de paiement, a prévenu jeudi l'agence de notation S&P, emboîtant le pas à un avertissement similaire de Moody's.

Les établissements financiers de la deuxième économie mondiale "devront probablement affronter des pertes de crédit plus sévères qu'attendu" sur les prêts non remboursés, et "une volatilité exacerbée des marchés" plombant leur activité, a indiqué dans une note Standard & Poor's (S&P).

Leur ratio des "prêts non productifs", c'est-à-dire ceux présentant un risque important de non-remboursement, pourrait grimper à 3% d'ici la fin 2016, contre une estimation de 2,2% fin 2015 et seulement 1,7% une année auparavant, a noté l'agence.

Moody's avait livré mardi un constat similaire.

"Nous anticipons une augmentation des non-remboursements de prêts, des défauts sur les obligations émises par les entreprises, et des pertes dans les produits de gestion. De plus en plus d'emprunteurs peineront à honorer leurs échéances", commentait Christine Kuo, vice-présidente de Moody's.

Une perspective qui reflète l'essoufflement de l'activité et le reflux des investissements -- la croissance chinoise a ralenti l'an dernier au plus bas depuis un quart de siècle -- mais aussi le fait que les autorités semblent désormais plus enclines à laisser les entreprises faire faillite.

"Les banques se concentrant sur les prêts aux emprunteurs (firmes) de petite et moyenne taille" seront les plus sévèrement touchées, car "de tels clients sont les plus vulnérables aux retournements de l'économie et aux turbulences des marchés", insistait Moody's.

Des analystes s'inquiètent du fort niveau d'endettement des collectivités locales et des entreprises en Chine -- alors que le plan de relance massif de 2008-2009, l'essor de la "finance de l'ombre" informelle puis les assouplissements monétaires de Pékin ont encouragé une progression rapide du crédit.

La qualité des actifs des établissements bancaires et leur rentabilité pourraient par ailleurs pâtir de la dégringolade des places boursières, en tout cas pour les banques impliquées dans des prêts aux investisseurs et la distribution de produits financiers adossés aux actions, ajoutait Moody's.

De plus, "les banques font face à des risques élevés provenant de changements dans les politiques du gouvernement central", soulignait jeudi Qiang Liao, analyste de S&P.

Les Bourses sont toujours dans la tourmente, les fuites de capitaux hors du pays s'intensifient ; les taux d'intérêt -- que la banque centrale a déjà abaissés par six fois depuis fin 2014 -- comme le régime de change du yuan font l'objet d'incertitudes.

Autre facteur pénalisant: la libéralisation des taux d'intérêt, mais aussi l'apparition de nouveaux services ou produits financiers créés par des géants de l'internet, ont rendu le secteur encore plus concurrentiel, rognant davantage les marges des banques chinoises.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."