Bilan

Les banques britanniques suffisamment capitalisées pour faire face au Brexit

"Les banques britanniques sont bien placées pour faire face à l'incertitude qui résulte du vote de la semaine dernière", a déclaré la secrétaire d'Etat au Trésor britannique.

Les banques paraissent en première ligne pour pâtir des conséquences d'un Brexit, si elles perdent le droit de vendre leurs services financiers dans l'UE.

Crédits: Reuters

Les banques britanniques sont "bien placées" pour faire face à la déstabilisation des marchés après le choix du Brexit et sont notamment suffisamment capitalisées pour gérer "des temps difficiles", selon la ministre qui les supervise.

"Les banques britanniques sont bien placées pour faire face à l'incertitude qui résulte du vote de la semaine dernière", a déclaré Harriet Baldwin, secrétaire d'Etat au Trésor, devant un parterre de banquiers.

"Par rapport à la dernière crise, il y a nettement plus de capital dans le système pour nous préserver de temps difficiles", a-t-elle assuré. Les banques britanniques "ont levé entre elles 130 milliards de livres (157 milliards d'euros) et ont en portefeuille plus de 600 milliards de livres d'actifs liquides de qualité", selon elle.

Les banques paraissent en première ligne pour pâtir des conséquences d'un Brexit, si elles perdent le droit de vendre leurs services financiers dans l'Union européenne. Les titres bancaires, et surtout ceux des banques britanniques comme Lloyds ou Barclays, ont dégringolé en Bourse vendredi et lundi, à la suite de l'annonce du résultat inattendu du référendum sur le Brexit, qui a vu la victoire des partisans d'une sortie de l'UE.

Depuis mardi un rebond s'est amorcé, mais essentiellement technique.

"Les marchés ont réagi, comme il fallait s'y attendre", a commenté Mme Baldwin, "mais le secteur financier britannique a déjà connu des périodes éprouvantes par le passé".

Elle a rappelé que, à la suite de la crise financière de 2008-2009, le Royaume-Uni avait renforcé son secteur financier, et mis la banque centrale, la BoE, "au coeur du système". La BoE s'est déjà dite vendredi prête à injecter 250 milliards de livres supplémentaires dans l'économie si nécessaire.

Depuis vendredi, et alors que les milieux économiques s'inquiètent, le gouvernement, dont beaucoup de membres étaient pourtant en amont très alarmistes sur un possible Brexit, s'emploie à rassurer sur la solidité de l'économie britannique et sa capacité à faire face.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."