Bilan

Les banques britanniques dispensées de restructuration capitalistique

La Banque d'Angleterre a étudié les conséquences d'un brutal fléchissement de l'activité économique mondiale sur les grandes banques britanniques.

"Les résultats des tests de résistance suggèrent que le système bancaire est suffisamment capitalisé pour soutenir l'économie réelle dans un scénario mondial de forte tension qui affecterait le Royaume-Uni", a jugé le comité de politique financière de la BoE.

Crédits: Reuters

La Banque d'Angleterre a annoncé mardi que les grandes banques britanniques n'avaient pas besoin de revoir leurs plans capitalistiques à l'issue d'un test de résistance, tout en pointant quelques insuffisances chez RBS et Standard Chartered.

La BoE a publié les résultats de tests menés sur sept établissements qui fournissent quelque 80% du montant total des prêts consentis au Royaume-Uni (Barclays, HSBC, Lloyds Banking Group, Royal Bank of Scotland (RBS) et Standard Chartered, ainsi que la filiale britannique de l'espagnole Santander et l'établissement mutualiste Nationwide).

Cette épreuve a consisté à étudier les conséquences qu'auraient eu pour ces institutions un brutal fléchissement de l'activité économique mondiale, comprenant une chute de la croissance chinoise, une plongée de la zone euro en déflation prolongée et une dépréciation supplémentaire des cours du pétrole.

L'idée est de chercher à savoir si, dans une conjoncture aussi catastrophique, les banques pourraient continuer à jouer leur rôle de pompe à finance de l'économie réelle.

A l'issue de cette épreuve théorique, le comité de politique financière de la BoE a expliqué "qu'aucune requête capitalistique n'était nécessaire auprès des banques". "Les résultats des tests de résistance suggèrent que le système bancaire est suffisamment capitalisé pour soutenir l'économie réelle dans un scénario mondial de forte tension qui affecterait le Royaume-Uni", a-t-il jugé.

Dans cette hypothèse contraire, le ratio de fonds propres ("capital Tier 1") des sept établissements testés chuterait en moyenne à 7,6%. En moyenne et dans la réalité, ce ratio était de 11,2% pour ces banques à la fin 2014 et de 12,2% au troisième trimestre 2015.

La BoE a souligné toutefois que RBS et Standard Chartered n'avaient pas parfaitement passé les tests.

"RBS n'est pas parvenue à l'objectif qui lui avait été fixé dans ce scénario" et cette banque est encore "sensible aux tensions financières et économiques", a expliqué la BoE, qui a ajouté cependant que les récentes décisions prises par RBS et d'autres plans prévus à court terme pour renforcer son capital lui épargnaient une révision d'ensemble de son assise financière.

"Standard Chartered n'a pas réussi à conserver un ratio de fonds propres supérieurs à 6%" dans ce scénario catastrophe, a aussi souligné la BoE. Très active dans les autres pays émergents, cette banque a souffert récemment du ralentissement chinois et a engagé des restructurations pour se renforcer, annonçant encore dernièrement la levée de 5,1 milliards de dollars de capital. La BoE a jugé que ces efforts étaient suffisants pour l'instant.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."