Bilan

Les agences de notation surnotent leur pays

Et si les USA, la Chine voire la France bénéficiaient d'une notation patriotique de la part des agences de notation basées sur leur sol? Une étude de deux chercheurs allemands donne du crédit à cette hypothèse.
  • Deux chercheurs allemands se sont penchés sur l'influence de la nationalité de l'agence sur la note attribuée aux pays.

    Crédits: Image: Reuters
  • En fin de semaine dernière, Moody's a maintenu la note de la France mais avec une perspective négative.

    Crédits: Image: Reuters
  • Présent au WEF à Davos, le ministre français de l'économie Pierre Moscovici s'est félicité du maintien de la note.

    Crédits: Image: Reuters
  • Leader du marché des agences de notation, Standard & Poor's accorde pour sa part une note de AA avec perspective stable depuis novembre 2013.

    Crédits: Image: Reuters
  • Au final, la meilleure combinaison "note + perspective" pour la France vient de Fitch, dont le capital est partiellement entre les mains d'un groupe français.

    Crédits: Image: Reuters

En apparence, la France a sauvé sa note Aa1 vendredi dernier lorsque Moody's a anoncé maintenir la note, pour la plus grande joie de Pierre Moscovici, ministre de l'économie et des finances, présent au World Economic Forum de Davos. Mais l'agence américaine a assorti sa note d'une perspective négative. Au final, c'est Fitch qui accord la meilleure combinaison (note et perspective) à la dette publique française. Fitch: une agence dont le capital est paritairement détenu par un groupe américain, Hearst, et un français, Fimalac, dirigé par Marc Ladreit de Lacharrière.

Hasard que la meilleure combinaison vienne de l'agence franco-américaine? Pour le savoir, la meilleure solution était d'étudier les notes des agences sur leur pays d'implantation. Andreas Fuchs et Kai Gehring, deux chercheurs de l’université de Heidelberg (Allemagne), se sont attaqués à ce sujet en analysant les notes de neuf grandes agences de notation dans six pays différents.

«Une simple comparaison entre les notes attribuées par l'agence chinoise Dagong et les trois grandes agences américaines (Fitch, Moody's et Standard & Poor's) est un exemple parlant sur l'influence de l'implantation sur la note attribuée par les agences du pays. D'un côté nous avons Dagong qui attribue des notes élevées aux territoires chinois de Macao et Hong Kong ainsi qu'aux pays émergents BRICs (qui incluent la Chine). De l'autre, Dagong attribue des notes plus basses aux pays occidentaux que les trois agences américaines», remarquent les chercheurs dans leur analyse.

Une différence de note établie par l'étude

Au terme de leur étude, en ayant établi une échelle de notation allant de 1 à 21, Andreas Fuchs et Kai Gehring arrivent à la conclusion que le pays hôte d'une agence obtient de celle-ci une note supérieure de 0,9 point à celle des autres pays présentant des caractéristiques budgétaires et de dette similaires. Si la différence est moindre, la proximité culturelle ou commerciale du pays hôte avec d'autres Etats joue aussi un rôle dans la notation. Selon eux, ces résultats pourraient avoir pour explication un certain patriotisme des professionnels de la notation, une crainte (fondée ou non) de pressions exercées par les gouvernants, le risque de subir une campagne de dénigrement de la part de partenaires ou du grand public, voire simplement une proximité culturelle.

Au sujet de la France, Andreas Fuchs et Kai Gehring relativisent le poids de la proximité culturelle ou du patriotisme des experts de chez Fitch: «La note attribuée à la France par Fitch est un point plus élevé que ne pourrait le justifier le traitement des autres pays par l’agence. L’analyse en termes de proximité culturelle n'est pas révélatrice. Comme il ne semble pas que la présence majoritaire de Fimalac au capital se reflète dans un taux de salariés français particulièrement important, cela n’est pas surprenant. Pour résumer, ce résultat constitue une preuve qu’il n’y a pas que la localisation du siège de l’agence qui compte, mais aussi la structure de l'actionnariat.»

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."