Bilan

Les jeux vidéo, un univers très lucratif

En pleine croissance, le secteur devrait encore profiter du développement de quatre segments: le jeu mobile, l’e-sport, le cloud gaming et la réalité augmentée/virtuelle. Par Julien Leegenhoek et Zlatan Plakalo*

Sorti à l’automne 2019, «Star Wars Jedi: Fallen Order», d’Electronic Arts, est l’un des jeux phares du moment.

Crédits: EA

Le marché mondial des jeux vidéo enregistre une très forte croissance. Son chiffre d’affaires devrait s’élever à 152 milliards de dollars en 2019 (+9,6% par rapport à 2018) et pourrait atteindre 196 milliards d’ici à 2022 (+9%). On compte plus de 2,5 milliards de joueurs à travers la planète, ce qui en fait le marché le plus lucratif au monde dans l’univers du divertissement et des loisirs.

Ces dernières années, les jeux vidéo se sont nettement développés auprès du grand public. Les PC et consoles ont en effet tendance à être supplantés par les appareils mobiles, qui représentent désormais les plateformes de jeu les plus importantes. Des efforts considérables sont aujourd’hui déployés pour gagner l’attention des consommateurs, ce qui crée un vaste champ d’opportunités pour les développeurs.

Avec la digitalisation des jeux vidéo, l’industrie est entrée dans un nouveau cycle de croissance, où l’engagement des joueurs et la monétisation du jeu prennent une importance croissante. Le temps passé à jouer ne cesse de croître, pour atteindre 7,1 heures par semaine en 2019 (+19,3% par rapport à 2018).

Après une période de transition en 2019, caractérisée par l’absence de nouveaux blockbusters mondiaux, les principaux fabricants ont réagi en lançant une gamme prometteuse. De nouveaux jeux, mais également des jeux phares désormais proposés en version mobile devraient dynamiser le marché à court terme (par exemple Star Wars Jedi: Fallen Order, de la société Electronic Arts, et Call of Duty Mobile, d’Activision).

Moteurs de croissance

Dans les années à venir, cette industrie devrait être portée par plusieurs moteurs de croissance séculaires. Le plus important est le segment du jeu mobile. Ce dernier représente 45% du marché total et affiche le taux de croissance le plus élevé. Le téléphone est l’appareil le plus utilisé pour les jeux, comme l’illustre la popularité des jeux produits par Zynga. La digitalisation via les app stores, les transactions en jeu, les modèles avec abonnement et la publicité représentent tous de puissants catalyseurs de croissance pour les fabricants de jeux qui convertissent leurs produits phares en une version mobile.

Autre segment en forte progression: l’e-sport. Pour la première fois de l’histoire, il devrait peser plus de 1 milliard de dollars sur l’année écoulée (+26,7% sur un an) et devrait continuer à connaître une croissance à deux chiffres. Preuve de l’ampleur du phénomène: en 2018, la finale des Mondiaux de League of Legends a été vue par quelque 99 millions de personnes, contre 103 millions pour la finale du Super Bowl, référence absolue dans le domaine du sport.

Le cloud gaming constitue lui aussi une formidable opportunité, qui était tout simplement inenvisageable il y a dix ans. Il est en effet désormais possible de jouer sur tous les appareils, à tout moment et sans le recours à un support hardware physique (comme la console). Google a annoncé le lancement de sa propre plateforme de cloud gaming, Stadia. Ubisoft a d’ailleurs signé un partenariat permettant d’accéder à ses jeux (par exemple Assassin’s Creed Odyssey) via ce service. Ce segment devrait avoir un fort impact disruptif sur le marché global des jeux vidéo, avec notamment de nouvelles fonctionnalités pour les joueurs, de nouvelles méthodes d’accès au contenu et de nouveaux modèles de prix.

Enfin, le recours à la réalité augmentée et virtuelle en est encore à ses prémices dans les jeux vidéo. Ce segment suscite cependant un attrait grandissant auprès de la communauté des joueurs (comme en témoigne le succès de Pokémon GO, premier jeu mobile à base de réalité augmentée), et il pourrait peser 15 milliards de dollars d’ici à 2025.

* Analystes actions technologiques à l’Union Bancaire Privée (UBP)

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."