Bilan

Les banquiers passent leur examen à la maison

Le centre de formation VisionCompliance espère numériser l’ensemble de ses cours une fois la crise sanitaire liée au coronavirus passée.

La numérisation des formations est dopée par les contraintes de la pandémie actuelle.

Crédits: Christine @wocintechchat/unsplash

Malgré le confinement, certains passent leurs examens à distance. C’est le cas d’une dizaine de banquiers qui ont passé lundi 6 avril un examen depuis leur domicile. Ils avaient tous démarré une formation chez VisionCompliance à Genève. François Larrey, cofondateur de cet établissement qui propose des cours dans la compliance financière et bancaire, se réjouit de cette première expérience de certification à distance.

Quel système avez-vous choisi pour faire passer ces examens à distance?

François Larrey: Nous avons testé quatre systèmes et avons opté pour l’application ProctorExam, une solution néerlandaise qui propose plusieurs méthodes de surveillance. Le candidat présente sa pièce d’identité. Une photographie du visage et du document est effectué. Les candidats doivent être seuls dans la pièce. Ils doivent montrer à la webcam qu’ils n’ont pas d’écouteurs dans les oreilles. En outre, la webcam et le micro doivent rester enclenchés durant toute la durée de l’examen. Tout l'écran du candidat est sous contrôle. Il ne peut ainsi pas aller sur Internet ou chercher des informations dans des fichiers.

Il peut néanmoins chercher ces informations sur son smartphone ou sur un autre écran…

François Larrey. (DR)
François Larrey. (DR)

Nous avons ajouté un deuxième volet de sécurité, à savoir une surveillance en temps réel. Nous observons tous les participants. Si l’un d’entre eux a un comportement bizarre ou s’il ne regarde pas son écran, nous lui envoyons aussitôt un message d’avertissement.

Visionnez-vous également la pièce dans laquelle le candidat passe son examen?

Dans la variante plus étendue proposée par ProctorExam, le candidat est invité à réaliser deux flux vidéo: un avec la webcam qui le filme de face pendant le test. De plus, une surveillance à 360 degrés est possible, simplement via le smartphone. Cependant, nous trouvons que cette variante est trop intrusive, sans pour autant exclure de l’utiliser à l’avenir. N’oublions pas que nos candidats sont des adultes responsables.

Pour certains experts de l’enseignement à distance, aucun système n’est fiable à 100%. Que répondez-vous?

L’examen est enregistré et nous pouvons le revisionner en cas de suspicion. Si besoin, nous ferons repasser l’examen en présentiel. Le logiciel que nous utilisons est facile à déployer lorsqu’une dizaine de candidats passent un examen. La surveillance à distance est effectivement plus compliquée si des centaines d’étudiants passent un examen en même temps. Néanmoins, certaines universités l’utilisent à l’exemple de la Sorbonne.

Qu’en est-il de la protection des données?

Nous avons choisi le système ProctorExam car il présentait la meilleure sécurité en matière de protection des données. VisionCompliance fait un contrôle des enregistrements dans les 24heures qui suivent l’examen. Puis, ces données sont détruites par nos soins.

Quelle est le degré d’acception de vos participants?

Nous faisons déjà de la formation à distance depuis une dizaine d’année et nous formons environ 150 à 200 personnes dans nos centres à Genève et Zurich. Cette période de confinement est très intéressante. Nos participants ont accepté très rapidement de se former dans une classe virtuelle. Un changement très rapide s’est opéré. Nous prenons le pari que nos étudiants préféreront par la suite être formés à distance plutôt qu’en présentiel. Ils vont garder cette habitude.

Une fois le confinement passé, vous allez ainsi maintenir ces formations et examens à distance?

Actuellement, nous proposons 350 heures de cours présentiels et plus de 35 heures de formation en ligne. Il s’agit d’employés de banque la plupart du temps qui mettent à jour et perfectionnent leurs connaissances. Nous voulons numériser un maximum de formations et continuer à faire passer des examens à distance. Si nous numérisons l’ensemble de nos formations, il ne sera plus nécessaire de garder nos locaux près de la gare de Genève. Nous pourrons réduire nos frais et réduire le prix de nos formations de 10 à 15%. Actuellement, il faut compter entre 4700 à 5200 francs pour 30 à 40 heures de cours.

Bloch Ghislaine NB
Ghislaine Bloch

Journaliste

Lui écrire

Ghislaine Bloch a découvert le monde de la vidéo et du reportage dès son adolescence. Après l'obtention d'un master à la Faculté des Hautes Etudes Commerciales de l'Université de Lausanne, elle démarre sa carrière à L'Agefi où elle effectue son stage de journaliste. Puis elle rejoint le quotidien Le Temps en 2004 où elle se spécialise dans les sujets liés aux start-up, à l'innovation, aux PME et à la technologie. Des thématiques qu'elle continue de traiter chez Bilan depuis 2019.

Du même auteur:

ADC Therapeutics va entrer en Bourse
Andrea Pfeifer: AC Immune «mise surtout sur la prévention face à Alzheimer»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."