Bilan

Le top 10 des femmes CEO les mieux payées en 2014

Quelles ont été les femmes CEO les mieux payées au monde en 2014? Seulement treize femmes figurent dans les 200 dirigeants d'entreprises les mieux payés sur la planète au cours de l'année écoulée.
  • 1. Marissa Mayer, CEO de Yahoo!: 42,1 millions de dollars en 2014.

    Crédits: Image: Timothy A. Clary/AFP
  • 2. Martine Rothblatt, CEO de United Therapeutics: 31,6 millions de dollars en 2014.

    Crédits: Image: DailyMail
  • 3. Carol Meyrowitz, CEO de TJX Companies: 23,3 millions de dollars en 2014.

    Crédits: Image: DR
  • 4. Margaret Whitman, CEO de Hewlett-Packard: 19,6 millions de dollars en 2014.

    Crédits: Image: DR
  • 5. Indra K. Nooyi, CEO de PepsiCo: 19,1 millions de dollars en 2014.

    Crédits: Image: Alex Goodlett/AFP
  • 6. Phebe N. Novakovic, CEO de General Dynamics: 19 millions de dollars en 2014.

    Crédits: Image: Bloomberg Finance
  • 7. Virginia Rometty, CEO d'IBM: 17,9 millions de dollars en 2014.

    Crédits: Image: Kazuhiro Nogi/AFP
  • 8. Marillyn Hewson, CEO de Lockheed Martin: 17,9 millions de dollars en 2014.

    Crédits: Image: Carl Court/AFP
  • 9. Patricia Woertz, CEO d'Archer Daniels Midland: 16,3 millions de dollars en 2014.

    Crédits: Image: DR
  • 10. Irene B. Rosenfeld, CEO de Mondelez International: 15,9 millions de dollars en 2014.

    Crédits: Image: Carl Court/AFP

L'égalité des chances et des salaires n'est pas encore de mise au sommet des grandes multinationales. Parmi les 200 dirigeants d'entreprises les mieux payés au monde ne figurent que treize femmes. Si la première d'entre elles, Marissa Mayer, est ultra-médiatisée depuis son intronisation à la tête de Yahoo! en 2012 en provenance de Google, elle ne se retrouve qu'en 14e position avec ses 42,1 millions de dollars de revenus en 2014, selon le classement établi par le New York Times.

La seconde femme CEO la mieux payée au monde gagne plus de dix millions de dollars de moins par an que son homologue de chez Yahoo!: 31,6 millions de dollars de revenus l'an dernier pour Martine Rothblatt, CEO de la pharma United Therapeutics, née homme en 1954 et qui a changé de sexe en 1994. Elle devance elle aussi de près de dix millions de dollars la troisième femme CEO la mieux payée au monde en 2014: Carol Meyrowitz, qui dirige TJX Companies, a touché 23,3 millions de dollars l'an dernier.

Si tous les âges sont représentés dans ce classement, avec la benjamine au sommet du classement (Marissa Mayer n'a que 39 ans), la diversité ethnique et géographique n'est par contre pas au rendez-vous: une seule de ces dirigeantes très bien rémunérées n'est pas caucasienne, Indra K. Nooyi, CEO de PepsiCo, est née à Madras, en Inde. Mais elle a été naturalisée américaine.

Uniquement des firmes américaines

Ce sont d'ailleurs des entreprises américaines qui sont dirigées par ces femmes. Aucune firme européenne ou asiatique n'a à sa tête l'une de ces CEO dont la rémunération les place dans le top 200 mondial des dirigeants. Cependant, il est intéressant de constater que ces femmes dirigent des fleurons de l'industrie américaine, dans des secteurs aussi divers que la technologie (Yahoo!, IBM, Hewlett-Packard,...), l'agroalimentaire (PepsiCo, Mondelez International) ou encore l'industrie traditionnelle (General Motors, DuPont, Lockheed Martin).

Cette dizaine de femmes reste toutefois à bonne distance des CEO masculins en termes de rémunérations. En 2014, David M. Zaslav, CEO de Discovery Communications, a touché 156 millions de dollars, selon le classement établi par le cabinet Equilar, pour le compte du New York Times. Il devance Michael T. Fries (CEO de Liberty Global, 111 millions de dollars) et Mario J. Gabelli (GAMCO Investors, 88 millions de dollars).

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."