Bilan

Le secteur bancaire connaît une hausse des actifs sous gestion

Le secteur bancaire helvétique a connu en 2014 une hausse des actifs sous gestion (AuM) et de ses résultats, malgré la mutation structurelle de la branche.

Fin 2014, les AuM dans les banques en Suisse se montaient à 6656 milliards de francs, en hausse de 518 milliards (+12,8%) par rapport à 2013. L'ASB attribue cette progression par la croissance des portefeuilles de titres, des engagements envers la clientèle et des dépôts à terme.

Crédits: Keystone

Le secteur bancaire helvétique a connu en 2014 une hausse des actifs sous gestion (AuM) et de ses résultats, malgré la mutation structurelle de la branche, l'érosion des marges d'intérêts et un environnement de marché difficile, indique jeudi le Baromètre bancaire de l'Association suisse des banquiers (ASB).

Fin 2014, les AuM dans les banques en Suisse se montaient à 6656 mrd CHF, en hausse de 518 mrd (+12,8%) par rapport à 2013. L'ASB attribue cette progression par la croissance des portefeuilles de titres, des engagements envers la clientèle et des dépôts à terme.

L'année dernière, le secteur a vu son bénéfice annuel consolidé progresser de 19,3% à 14,2 mrd CHF. Parallèlement, les pertes des établissements déficitaires ont augmenté de 25,9% à 6,8 mrd CHF, indique le rapport de l'ASB.

Les crédits octroyés aux entreprises et aux particuliers sont restés à peu près stables, même si la progression des créances hypothécaires suisses (+3,6%) a ralenti par rapport aux trois dernières années, ce que l'ASB explique par "les mesures prises en matière hypothécaire, notamment les adaptations des autoréglementations des banques".

Les banques ont profité de "solides entrées d'actifs" en provenance de pays émergents et en transition, qui ont plus que compensé le recul constaté de ceux d'Europe occidentale induit par un resserrement des politiques fiscales.

NUMÉRO UN DE LA GESTION DE FORTUNE TRANSFRONTALIÈRE

La part des AuM étrangers dépasse de peu les suisses, à 51,1%. Le fléchissement constaté depuis 2005, où ils représentaient 59% du total tient selon l'ASB au fait que ces dépôts "intègrent davantage de valeurs libellées en euros ou en dollars américains, valeurs qui ont subi des pertes de cours en raison de la dépréciation de ces deux monnaies par rapport au franc suisse".

Reste que le secteur bancaire suisse est toujours le leader mondial en matière de gestion de fortune transfrontalière, dont il représente à lui seul 26%.

Afin de dynamiser le marché suisse des capitaux, qui pâtit selon l'ASB de conditions-cadres "peu attrayantes", la faîtière plaide pour une série de mesures, comme suppression de l'impôt anticipé et du droit de timbre d'émission, introduction du principe de l'agent payeur et mise en place de solutions pérennes pour les CoCos (Contingent Convertible Bonds).

L'ASB mise aussi sur la création d'un hub spécialisé dans les opérations en renminbi (yuan), qui devrait selon elle rendre le marché suisse des capitaux plus attrayant.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."