Bilan

Le PDG d'une banque autrichienne démissionne après les Panama papers

La petite banque publique autrichienne Hypo Vorarlberg est soupçonnée d'avoir permis à M. Timchenko, un proche de Vladimir Poutine, de blanchir de l'argent aux Iles Vierges, un paradis fiscal.

M. Grahammer a justifié l'expansion de sa banque à l'étranger par le fait que la petite province du Vorarlberg n'offrait pas à elle seule des perspectives de "croissance forte".

Crédits: AFP

Le PDG d'une banque régionale autrichienne mise en cause dans les "Panama Papers" pour ses liens avec l'oligarque russe Guennadi Timchenko a annoncé jeudi sa démission, tout en assurant que son établissement n'avait commis aucune infraction.

Dirigée depuis 2012 par Michael Grahammer, 51 ans, la petite banque publique Hypo Vorarlberg est notamment soupçonnée d'avoir permis à M. Timchenko, un proche du président russe Vladimir Poutine, de blanchir de l'argent aux Iles Vierges, un paradis fiscal.

M. Grahammer, qui faisait partie des instances dirigeantes d'Hypo Vorarlberg depuis 2004, a assuré dans un communiqué être "convaincu à 100% que la banque n'a à aucun moment contrevenu à des lois ou à des sanctions".

Le PDG a indiqué avoir été acculé à la démission par "la condamnation d'Hypo Vorarlberg et de (sa) personne dans les médias ces derniers jours". Hypo Vorarlberg avait annoncé mardi avoir mis fin à ses relations avec M. Timchenko.

Cette démission, la première en Autriche depuis la publication dimanche de la gigantesque enquête sur les paradis fiscaux dite "Panama Papers", intervient au lendemain de l'ouverture par l'autorité financière autrichienne FMA de "vérifications" concernant les allégations visant la banque.

En 2012, des soupçons de FMA concernant déjà les activités de la banque avec M. Timchenko avaient débouché sur une plainte pénale. Celle-ci avait abouti l'année suivante à un non-lieu "faute de preuves".

Hypo Vorarlberg a rappelé que les relations bancaires avec des paradis fiscaux ne sont pas illégales en soi. Une autre banque autrichienne, Raiffeisen Bank International, est citée dans les "Panama Papers".

M. Grahammer a justifié l'expansion de sa banque à l'étranger par le fait que la petite province du Vorarlberg, située dans l'ouest de l'Autriche, n'offrait pas à elle seule des perspectives de "croissance forte".

L'Autriche est empêtrée depuis plusieurs années dans la liquidation d'une autre banque publique régionale qui avait cherché fortune à l'étranger, Hypo Alpe Adria (HGAA), laissant un passif de quelque 20 milliards d'euros. La FMA doit annoncer prochainement le montant des dépréciations concernant 11 milliards d'euros de créances privées.

Le scandale des Panama Papers a déjà provoqué une cascade de démissions de dirigeants dans le monde, notamment du Premier ministre finlandais David Gunnlaugsson notamment.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."