Bilan

Le patron d'UBS critique les procédures contre les banques

Le directeur général d'UBS, Sergio Ermotti, critique l'action de la justice dans le traitement des scandales bancaires.

"A mon avis, la coordination entre les autorités nécessite des améliorations", a déclaré mercredi à Francfort le patron d'UBS.

Crédits: Keystone

Le directeur général d'UBS, Sergio Ermotti, critique l'action de la justice dans le traitement des scandales bancaires. "A mon avis, la coordination entre les autorités nécessite des améliorations", a déclaré mercredi à Francfort le patron du numéro un bancaire helvétique lors d'une conférence financière.

"L'arbitraire avec lequel les sommes sont déterminées pose problème". Ces dernières années, les banques se sont vues infliger de très lourdes amendes et elles ont provisionné d'importants montants à ce titre, a poursuivi le Tessinois.

Le secteur bancaire dans son ensemble souffre du fait que les procédures concernant les agissements du passé ne sont pas terminées. Certes, l'action des autorités est compréhensible, mais elle contribue au climat d'incertitude qui pèse actuellement sur l'industrie financière et la rentabilité des instituts.

UBS a aussi par le passé été condamnée à payer d'importantes amendes comme par exemple dans l'affaire des manipulations des taux. Mais l'établissement s'est aussi plus rapidement tiré d'affaire que d'autres instituts, à la faveur d'une coopération rapide et étroite avec les autorités en charge des enquêtes.

A fin 2015, UBS a provisionné pas moins de 3 milliards de francs pour des conflits judiciaires en cours.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."