Bilan

Le billet de banque en plastique séduit aussi les Anglais

La Banque d'Angleterre envisage de remplacer le papier par du plastique, de plus longue durée, pour certains billets de banque. En Suisse, Orell Füssli aurait la technologie pour imprimer les billets suisses sur polymère.
  • Les billets en polymère (comme ce spécimen) pourraient remplacer les coupures en papier au Royaume-Uni dès 2015 et 2016. Crédits: Reuters
  • Après 320 ans de bons et loyaux services, le papier sur lequel la livre sterling est imprimée laisserait la place à une matière plus solide et plus sûre. Crédits: Reuters
  • Cette révolution n'est pas une innovation mondiale: une trentaine de pays (ici le dollar canadien) ont déjà adopté le polymère comme support de leur monnaie en lieu et place du papier. Crédits: Reuters
  • Le Canada a été conquis par le polymère, notamment en raison de la résistance de cette matière aux conditions extrêmes, météorologiques entre autres. Crédits: Reuters
  • Mais les billets en polymère présentent aussi l'intérêt de ne pas être détériorés en cas de contact avec des matières qui peuvent salir ou dégrader les billets en papier. Crédits: Reuters
  • Les futurs billets de livres sterling en polymère présentent aussi davantage de garanties en matière de dispositifs de lutte contre la contrefaçon. Crédits: Reuters
  • Autre avantage du polymère: la plus grande durabilité des billets générera des économies substantielles pour la Banque d'Angleterre. Crédits: Reuters
  • Dans un premier temps, seules les petites coupures (billets de 5 et 10£) seront concernées par ce changement de matière, car ce sont les billets les plus susceptibles de se retrouver froissés dans les poches des usagers. Crédits: Reuters
  • Mais avant de décider de l'usage ou non du polymère en lieu et place du papier, la Banque d'Angleterre va consulter le grand public. Crédits: Reuters
  • Une décision finale sera prise en décembre, et les premiers billets en polymère pourraient être mis sur le marché dans deux ans. Crédits: Reuters
  • En Suisse, les nouveaux billets en francs sont prévus pour 2015, mais la Banque nationale ne souhaite pas s'exprimer sur la matière qui a été choisie. Crédits: Reuters
  • Pourtant, Orell Fuessli, la société en charge de l'impression des billets dispose de la technologie pour imprimer sur le polymère, puisqu'elle réalise déjà des coupures avec cette matière pour d'autres pays. Crédits: Reuters
C'est l'une des plus anciennes institutions à avoir imprimé et fait circuler de la monnaie sous forme de papier: la Banque d'Angleterre pourrait prochainement abandonner le papier pour imprimer deux coupures sur plastique.

Après plus de trois siècles d'impression sur papier (la Bank of England avait suivi de peu la Riksbank suédoise, pionnière en la matière), la banque nationale anglaise, privatisée depuis 1997, pourrait passer au polymère si la prochaine consultation du public se révélait positive.

Dès 2016, deux coupures (le «Winston Churchill» de 5 livres puis le nouveau «Jane Austen» de 10 livres) pourraient changer de support. Soit les deux petites coupures les plus susceptibles de se retrouver dans les poches des pantalons et donc froissées ou oubliées dans la machine à laver.



Une trentaine de pays ont adopté le polymère

Le Royaume-Uni ne serait pas le premier à remplacer le papier par des matières plus résistantes: une trentaine de pays ont déjà opté pour des coupures sur plastique. Après le Mexique, la Roumanie, le Vietnam, le Canada vient de passer au polymère. C'est d'ailleurs du Canada que vient le nouveau gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney.



Pour leurs partisans, les billets en polymère sont plus résistants aux conditions météorologiques, au froissement des coupures par les usagers, au passage accidentel en lave-linge. Ainsi, leur durée de vie est largement prolongée. L'hygiène serait un autre point fort. Ils offrent également davantage de garanties en matière de sécurité vis-à-vis de la contrefaçon.



Une économie de 100 millions de livres

Certes plus coûteux à fabriquer que sur papier, les billets en polymère, par leur longévité et leur moindre entretien, permettraient à la Banque d'Angleterre de réaliser une économie de 100 millions de livres (147 millions de francs).

En Suisse, tous les billets sont actuellement imprimés sur papier. La prochaine génération de coupures doit arriver entre les mains des consommateurs en 2015. Plus petits que les actuels, mais avec les mêmes couleurs, ils ne devraient pas changer de matière, selon le projet mis en place la Banque nationale suisse (BNS).

Interrogée à ce sujet par nos soins, les responsables de la BNS n'ont pas souhaité s'exprimer, ni sur les avantages ou inconvénients du polymère par rapport au papier, ni sur la matière dans laquelle les prochains billets seront fabriqués.

L'imprimeur suisse maîtrise la technologie

Repoussée à plusieurs reprises (pour répondre à de nouvelles exigences de sécurité, selon la BNS), la sortie des nouveaux billets ne devrait pas intervenir avant de longs mois.

Le choix du papier et non du polymère comme probable support pour cette monnaie ne relève pourtant pas d'une difficulté technique de l'imprimeur: Orell Fuessli , qui imprime les coupures en francs, fournit également des billets en polymère pour d'autres banques centrales, comme les dollars de Singapour.
Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."