Bilan

Le bénéfice de RBS profite de la vente de Citizens

La banque britannique RBS a fait état jeudi d'une hausse de 27% de son bénéfice net au deuxième trimestre.

RBS mène notamment une cure d'amaigrissement de son activité internationale de banque d'investissement: active dans 38 pays à la fin 2014, cette activité ne concernera bientôt plus que 13 nations.

Crédits: Reuters

La banque britannique RBS a fait état jeudi d'une hausse de 27% de son bénéfice net au deuxième trimestre, les recettes exceptionnelles tirées de la vente partielle de sa filiale américaine Citizens compensant une montée des charges de restructuration et pour mauvaise conduite.

Entre le 1er avril et le 30 juin, la banque, détenue par l'Etat britannique à 80%, a dégagé un bénéfice net de 293 mio GBP (4443,8 mio CHF).

RBS a enregistré un gain exceptionnel de 674 mio GBP lié à la vente d'une partie de Citizens, autrefois filiale à quasi 100% de RBS, mais qui n'était plus détenue qu'à 40,8% par la banque britannique au 30 juin. RBS a amorcé en septembre dernier son désengagement de cette banque de détail, la 13e plus importante des Etats-Unis, et prévoit d'en sortir complètement d'ici à la fin de l'année.

Ces rentrées d'argent frais, combinées à des frais fiscaux moins importants, ont plus que compensé le presque doublement des provisions comptabilisées face à une série de scandales, à 459 mio GBP. RBS, comme d'autres banques, fait face à des amendes et demandes indemnisations pour avoir participé à des manipulations sur le marché des changes et avoir vendu abusivement aux Etats-Unis des titres financiers adossés à des créances immobilières fragiles.

RBS a dû en outre drastiquement élever ses frais de restructuration, qui ont atteint 1,050 mrd GBP pendant le trimestre. La banque a annoncé en février une restructuration drastique de son activité internationale qui va conduire à une concentration de ses opérations au Royaume-Uni, après avoir accumulé presque 50 milliards de livres de pertes nettes depuis la crise financière internationale.

RBS mène notamment une cure d'amaigrissement de son activité internationale de banque d'investissement: active dans 38 pays à la fin 2014, cette activité ne concernera bientôt plus que 13 nations.

L'effet de cette réduction de voilure commence déjà à se faire sentir sur les revenus du groupe, qui ont fondu de 11,3% à 4,37 milliards de livres (6,18 milliards d'euros).

Lors de l'ensemble du premier semestre (janvier à juin), RBS a subi in fine un déficit net de 153 mio GBP, contre un bénéfice net de 1,425 mrd GBP lors de l'exercice précédent, à cause de la forte montée des charges de restructuration et des provisions face aux scandales.

RBS avait été sauvée à grand frais pendant la crise financière par l'Etat britannique qui voudrait désormais s'en désengager, même à perte: le ministre des Finances a annoncé en juin son intention de commencer à vendre les actions détenues par l'Etat "dans les mois prochains".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."