Bilan

La Suisse veut harmoniser le trafic de paiement d'ici mi-2020

Les acteurs de la place financière helvétique promettent des transactions simplifiées grâce à l'introduction d'un code QR, des économies pour les entreprises.

Les établissements financiers suisses doivent finaliser leur conversion à la nouvelle norme d'ici fin 2017 et les entreprises d'ici mi-2018.

Crédits: Keystone

La Suisse veut harmoniser d'ici mi-2020 le trafic de paiement en l'adaptant à la norme internationale iso 20022, ont indiqué jeudi les acteurs de la place financière helvétique. Ces derniers promettent des transactions simplifiées grâce à l'introduction d'un code QR, des économies pour les entreprises, mais ils ont également évoqué des coûts liés au processus d'adaptation à la nouvelle norme.

"La numérisation de l'activité des entreprises et les contraintes régulatoires en matière de lutte contre le blanchiment d'argent rendent cette transformation inéluctable", a estimé Markus Beck, membre du conseil d'administration de SIX Interbank Clearing, lors d'une conférence de presse à Zurich.

Concrètement, les sept bulletins de versements existants en Suisse seront remplacés par des codes QR imprimés sur les factures, les numéros de comptes étant remplacés par un code Iban. Postfinance et les autres banques commerciales prévoient d'harmoniser les procédures de virement.

Les établissements financiers suisses doivent finaliser leur conversion à la nouvelle norme d'ici fin 2017 et les entreprises d'ici mi-2018. Le basculement intégral de la place helvétique à la norme iso 20022 est attendu d'ici mi-2020.

Paiement au guichet toujours possible

Pour Christian Kleine, managing director chez UBS, l'avantage de la norme iso est qu'elle ne se concentre pas seulement sur le continent européen mais qu'elle est utilisée au niveau mondial. Son adoption permettra d'harmoniser les différents standards de paiement, évitant ainsi les pertes de données jusqu'à présent provoquées par l'incompatibilité des différents systèmes nationaux.

Selon une étude du cabinet Deloitte, ces mesures devraient permettre de réduire les frais de procédure. Des économies totales de 271,9 mio CHF par an sont anticipées grâce à ces innovations, dont 197 mio pour les sociétés privées, 8,6 mio pour le secteur public et 65,1 mio pour les institutions financières, a calculé Deloitte.

Des coûts uniques de 1 à 1,2 mrd CHF sont également anticipés, dont 500 à 600 mio pour les établissements financiers, 450 à 550 mio pour les entreprises et 70 à 90 mio pour le secteur public.

En 2015, les clients des banques suisses ont effectué des paiements pour 6946 mrd CHF, dont 78% dans la Confédération et 22% à l'international (dont la moitié en euros). En nombre, 1,1 mrd de paiements ont été réalisés, dont près de trois quart par voie électronique. Le trafic de paiement interbancaire a quant à lui atteint 38'889 mrd, soit 60 fois le produit intérieur brut de la Suisse.

Pour les réfractaires à la numérisation, les transactions financières au guichet seront toujours possibles, a assuré M. Beck.

Les éditeurs de logiciels devraient quant à eux bénéficier de cette évolution technologique et enregistrer une hausse d'activité, notamment au niveau des contrats de maintenance, selon Deloitte.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."