Bilan

La start-up suisse AgFlow séduit une multinationale

Le géant suisse SGS prend 15% d'AgFlow, startup spécialisée dans l'information sur le commerce des matières premières agricoles.
  • Siavosh Arasteh a fondé AgFlow et est très fier d'avoir signé ce partenariat avec SGS.

    Crédits: Image: AgFlow
  • Avec l'investissement de SGS, AgFlow va pouvoir développer d'autres marchés et améliorer sa solution sur le plan technologique.

    Crédits: Image: AgFlow

C'est «LE» partenaire de référence dont pouvaient rêver les fondateurs de la startup: en nouant un partenariat stratégique avec SGS, AgFlow va à la fois bénéficier d'un apport considérable de capitaux, d'un réseau élargi et densifié, d'une expertise dans ses domaines de compétences et d'une crédibilité renforcée.

Pour Siavosh Arasteh, cofondateur et CEO d'AgFlow, les avantages sont multiples: «Nous allons bénéficier d'un apport de données, mais également de capitaux qui nous permettront de nous développer encore, et enfin d'asseoir davantage encore notre crédibilité et notre réseau pour atteindre davantage d'acteurs du domaine».

Lire aussi: La startup suisse qui surfe sur les cours du grain

Si le montant de l'investissement n'est pas révélé, ni par AgFlow, ni par SGS, Siavosh Arasteh avait confié voici quelques mois à nos confrères de L'Agefi avoir comme objectif de lever un million de francs en plus de deux levées déjà opérées d'1,2 million de francs ces derniers mois. Ce qui est par contre officiel, c'est que SGS entre au capital d'AgFlow à hauteur de 15%. Le partenariat permet également à Olivier Coppey, vice-président exécutif de SGS en charge des domaines Agriculture, nourriture et vie, de rejoindre le conseil d'administration d'AgFlow, tandis que Gennadiy Shulga, vice-président de SGS en charge du business development, va intégrer le conseil consultatif de la startup.

L'Asie dans la ligne de mire de la startup

Créée fin 2012, AgFlow a mis en ligne dès fin 2013 une version bêta de sa plateforme de suivi des cours, des flux et des informations sur les matières premières agricoles. Désormais, plus de 140 clients implantés sur les cinq continents utilisent les services de la jeune pousse suisse. Mais si l'Amérique latine, l'Europe et la Russie sont bien couverts aujourd'hui, d'autres secteurs restent encore à développer.

Ainsi, «l'Asie représente un énorme potentiel pour notre activité», confie Siavosh Arasteh, qui envisage, grâce aux fonds levés avec SGS, de «passer plus de temps dans les pays de cette région, de développer l'information sur les produits majeurs, de nouer des relations avec les grands acteurs du secteur dans ces pays».

Lire aussi: 50 start-up suisses dans lesquelles investir

Un autre axe de développement que va permettre cette levée de fonds réside dans la technologie: le CEO d'AgFlow et son équipe voudraient améliorer encore la plateforme et notamment proposer une app plus poussée pour le mobile, avec des notifications réglables pour les clients souhaitant par exemple disposer en temps réel des dernières informations sur le secteur du blé d'Ukraine ou de maïs espagnol.

Ces développements géographiques et technologiques étaient dans les cartons d'AgFlow depuis de longs mois. Mais la startup attendait cette levée de fonds pour les engager pleinement. Mais la signature du partenariat avec SGS concrétise également une relation de long terme: «SGS et AgFlow étaient en contacts dès le début de notre aventure, confie Siavosh Arasteh. Jusqu'à récemment, nous n'envisagions qu'un partenariat mais fin 2015, notre réflexion s'est étendue à un partenariat assorti d'un investissement». Réflexion qui vient donc d'aboutir cet été.

Devenir l'acteur n°1 du secteur

La satisfaction est manifeste des deux côtés. Pour la multinationale, AgFlow représente une activité stratégique très complémentaire au vaste portfolio des business mis en oeuvre depuis plus d'un siècle. Quant à AgFlow, s'associer à un acteur de renommée mondiale, et qui plus est suisse, représente une étape cruciale. «AgFlow est un acteur de l'écosystème suisse que notre nouveau partenaire scrute attentivement», glisse le CEO de la startup. Et cette nouvelle relation lui donne des ailes: «Désormais, notre objectif n'est plus de devenir un acteur du secteur de l'information sur les matières premières agricoles mais de devenir l'acteur n°1».

Agflow - Introduction Video from AgFlow Videos on Vimeo.

 

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."