Bilan

La Russie a "tous les moyens" pour garantir la stabilité financière

La banque centrale russe dispose de "tous les moyens" pour garantir la stabilité financière, alors que le rouble a plongé cette semaine à des records de faiblesse face au dollar, a assuré vendredi sa présidente Elvira Nabioullina.

Plombée par l'effondrement des prix du pétrole, qui représente avec le gaz la moitié des revenus de l'Etat russe, la monnaie est tombée mercredi et jeudi à des records de faiblesse face au dollar et au plus bas depuis décembre 2014 face à l'euro. Elle a perdu environ 10% de sa valeur depuis le début de l'année.

Crédits: AFP

La banque centrale russe dispose de "tous les moyens" pour garantir la stabilité financière, alors que le rouble a plongé cette semaine à des records de faiblesse face au dollar, a assuré vendredi sa présidente Elvira Nabioullina.

Elle a cependant estimé que la Russie devait pour de bon se réformer pour diversifier son économie très dépendante du cours des hydrocarbures, un objectif affiché depuis 15 ans par les autorités russes sans grand résultat.

"La Banque de Russie suit attentivement la situation sur le marché", a-t-elle déclaré, citée par les agences russes lors d'une réunion au ministère des Finances.

"Nous disposons de tous les moyens pour agir en amont et éviter que la stabilité financière soit menacée ", a ajouté Mme Nabioullina, qui a annulé sa visite prévue au Forum économique de Davos.

Plombée par l'effondrement des prix du pétrole, qui représente avec le gaz la moitié des revenus de l'Etat russe, la monnaie est tombée mercredi et jeudi à des records de faiblesse face au dollar et au plus bas depuis décembre 2014 face à l'euro. Elle a perdu environ 10% de sa valeur depuis le début de l'année.

Elle remontait vendredi à 80,55 roubles pour un dollar et 87,44 roubles pour un euro alors que les cours du pétrole rebondissaient d'environ 5% sur les marchés. L'indice boursier moscovite RTS (libellé en dollars) gagnait 5,76% vers 09H40 GMT et le Micex (en roubles) 1,23%.

"Il ne faut pas s'attendre à voir les prix du pétrole revenir au niveau élevé d'il y a quelques années", a cependant prévenu Mme Nabioullina. "Dans les nouvelles conditions actuelles, il ne faut pas seulement consacrer ses efforts au maintien de la stabilité financière, qui est la priorité numéro un, mais disposer d'un programme de mesures qui créent les conditions nécessaires à la croissance", a-t-elle poursuivi.

Elle a estimé que la stabilité financière passait par "un faible déficit, un faible endettement et une faible inflation" et donc que cela dépendait aussi de la politique du gouvernement.

"La dépendance de l'économie et du cours du rouble au pétrole se réduit mais bien sûr, il faut des efforts structurels pour diversifier l'économie", a insisté Mme Nabioullina.

Le ministre des Finances Anton Silouanov a jugé que des "réformes structurelles" étaient nécessaires car contrairement à la crise de 2008-2009, également marquée par un effondrement des cours du pétrole, un rebond rapide n'est pas à prévoir.

Il a annoncé que le ministère des Finances préparait actuellement des mesures destinées à adapter le budget aux "nouvelles conditions" à court terme mais aussi à long terme, jusqu'en 2019.

"Nous voyons que nous ne pouvons plus redistribuer par l'intermédiaire du budget les ressources énormes dont nous disposions", notamment avec les revenus des hydrocarbures, devenus sensiblement plus faibles, a-t-il estimé.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."