Bilan

La Grèce demande une extension de l'aide européenne

Coup de théâtre à quelques heures du défaut de paiement: le gouvernement grec a sollicité une extension du plan d'aide de l'Union européenne pour deux ans. Les partenaires se réunissent mardi soir.

Le premier ministre grec Alexis Tsipras a lancé un appel aux partenaires européens pour un prolongement de l'aide européenne, à quelques heures du défaut de paiement.

Crédits: Image: Alain Jocard/AFP

Dans l'incapacité mardi de rembourser à temps le FMI et à quelques heures de l'expiration du programme d'aide européen, la Grèce a soudainement demandé mardi l'extension pour deux ans de l'aide européenne et la reprise des négociations, créant la confusion totale au sein des créanciers. Dans un communiqué intitulé "requête au MES"(mécanisme européen de stabilité), le gouvernement de la gauche radicale d'Alexis Tsipras affirme souhaiter "rester à la table des négociations" en dépit de l'organisation dimanche d'un référendum sur leurs propositions très mal vu par les créanciers.

Plus particulièrement, Athènes demande un accord sur deux ans "pour la couverture complète de ses besoins financiers et la restructuration de la dette", cette dernière demande étant récurrente chez les Grecs. Les Européens refusent toujours jusqu'à maintenant une restructuration de la dette grecque dont ils détiennent la majorité, alors que le FMI y est favorable, soutenant que c'est  la seule solution pour aider à la reprise en Grèce. Dans la foulée, une téléconférence des ministres des Finances de la zone euro a été convoquée à Bruxelles à 17H00 GMT pour examiner la proposition grecque.

Aucun détail sur le contenu du plan sollicité

Le communiqué grec ne donne aucun détail sur le contenu du nouveau plan d'assistance réclamé, alors que celui en cours depuis 2012 expire mardi à minuit pour sa partie européenne et que le pays perdra à ce moment-là l'accès à 16 milliards euros d'aides en tout genre (prêts, bénéfices sur les obligations détenues par la BCE, fonds pour les aides). "Le gouvernement grec cherchera jusqu'au bout à obtenir une solution viable à l'intérieur de l'euro", ajoute le communiqué des services du Premier ministre, selon lequel c'est le sens du référendum de dimanche qui doit envoyer "un message du +Non+ à un mauvais accord", sans exclure qu'un bon soit trouvé d'ici là.

Athènes a de longue date déclaré qu'elle souhaitait un accord en trois volets: échange des 27 milliards d'obligations grecques détenues par la BCE, dont une partie arrive à échéance cet été, via le MES (dispositif de gestion des crises financières de la zone euro) afin de donner de l'air aux finances grecques; restructuration de la dette due au FMI; programme de développement économique pour la période 2016-2021.

Des rumeurs sur la reprise des négociations entre Athènes et ses créanciers couraient depuis mardi matin après l'annonce d'une nouvelle proposition du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker à Alexis Tsipras. La France pourrait bien être à la manœuvre avec M. Juncker dans cette affaire. Mardi, le ministre français des Finances Michel Sapin a exhorté en effet à agir pendant "les quelques heures pendant lesquelles, à l'initiative de la France, à l'initiative de la Commission et en particulier de M. Juncker des propositions peuvent être faites".

Pas de discussion avant le référendum

L'Allemagne semblait en effet un peu dépassée dans cette affaire, la chancelière Angela Merkel annonçant refuser de négocier avec Athènes "une nouvelle aide" avant le référendum prévu dimanche. La nouvelle proposition grecque intervient au moment où le pays est menacé d'un défaut de paiement sur sa dette au FMI. Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a confirmé mardi matin qu'il ne rembourserait par une échéance de 1,5 milliard d'euros, qui expire à 22h00 GMT, ce que les créanciers et les marchés savaient déjà depuis plusieurs jours.

Alexis Tsipras avait prévenu lundi soir, que le pays était conduit "à l'asphyxie", et donc qu'il ne pourrait pas rembourser le FMI. Des experts du dossier confirmaient lundi qu'il n'y dans les caisses qu'à peine de quoi boucler les salaires et pensions du mois, et en tout cas plus rien pour le FMI. Michel Sapin a estimé aussi mardi qu'un défaut grec serait "sans grande conséquence".

Sur la même ligne, il y a 15 jours, l'agence de notation Standard & Poor's (S&P) avait rappelé qu'un non-paiement d'un Etat auprès de ses créanciers publics, comme le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale ou une banque centrale, n'est pas à proprement parler un défaut. Il reste que c'est un évènement exceptionnel. Or, présenté ces derniers mois comme un risque terrible pour la Grèce, ce non-paiement - qui a au moins le mérite pour les Grecs de démontrer l'absurdité d'une situation où les créanciers ne peuvent pas être payés s'ils ne donnent pas à la Grèce de quoi les payer - passe désormais au second plan.

"Il n'est dans l'intérêt de personne de jouer la surenchère", estimait Domenico Lombardi, ancien membre du conseil d'administration du FMI, avant le référendum de dimanche, au cours duquel les Grecs sont invités par le gouvernement de gauche radicale à dire "non" aux dernières propositions des créanciers du pays (UE, FMI, BCE).

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."