Bilan

La Finma adapte le traitement des participations des grandes banques

La Finma a annoncé la modification, rétroactive au 1er juillet, du traitement des participations dans le calcul des exigences en fonds propres d'UBS et Credit Suisse.

L'ajustement a pour but d'améliorer la transparence, de simplifier le calcul et d'aligner les règles sur celles en vigueur dans d'autres juridictions.

Crédits: keystone

L'autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) a annoncé vendredi la modification, rétroactive au 1er juillet, du traitement des participations dans le calcul des exigences en fonds propres des deux grandes banques UBS et Credit Suisse. Cet ajustement a pour but d'améliorer la transparence, de simplifier le calcul et d'aligner les règles sur celles en vigueur "dans d'autres juridictions importantes", a précisé le régulateur dans un communiqué.

Dans le régime actuel, la valeur comptable des participations des maisons mères doit être entièrement déduite des fonds propres. Or, cette déduction est un traitement "particulièrement strict", qui implique "un besoin d'allègements significatifs", estime le régulateur helvétique.

Le régime de déductions et les allègements qui l'ont accompagné sont ainsi supprimés. La Finma précise cependant qu'après une période transitoire, la pondération au risque de toutes les participations dans des succursales ayant un siège en Suisse sera fixée à 250% et celle de toutes les participations dans des succursales ayant un siège à l'étranger à 400%.

La pondération-risque ne s'applique actuellement qu'aux deux banques universelles systémiques. A partir de janvier 2019, elle devrait en principe aussi s'appliquer à toutes les autres banques. Une modification dans ce sens de l'ordonnance sur les fonds propres a été initiée, précise la Finma.

Rabais sur le gone concern

Le régulateur a également annoncé que les deux groupes bancaires pourraient profiter à compter du 1er janvier 2018 de rabais sur les capitaux destinés à absorber les pertes (gone concern). Ce dernier a été accordé au vu des efforts mis en oeuvre par UBS et Credit Suisse à fin 2016 en vue d'améliorer leur capacité globale à être assainies et liquidées.

La Finma estime qu'un tiers environ du potentiel de rabais des deux banques est épuisé et constate que les deux établissements s'occupent actuellement de "mettre en place d'autre mesures d'amélioration susceptibles de donner lieu à une réévaluation du rabais ces prochaines années".

Le régulateur salue l'amélioration constante ces dernières années de la capacité d'UBS et de Credit Suisse à affronter les crises en élaborant des plans de stabilisation et d'urgence détaillés. Il signale toutefois que des efforts restent à faire, notamment la réduction de la dépendance financière et opérationnelle existant au sein des groupes.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."