Bilan

La croissance de la valeur du patrimoine des ménages a ralenti en 2015

Le patrimoine net des ménages suisses a augmenté de 54 milliards de francs en 2015, pour s'inscrire à 3394 milliards.

Les actifs sont constitués du patrimoine immobilier et du patrimoine financier, soit principalement des droits sur des assurances et caisses de pensions.

Crédits: Keystone

En raison de la stagnation du cours des actions et du ralentissement de la hausse des prix de l'immobilier en 2015, la croissance de la valeur du patrimoine des ménages suisses a ralenti l'an dernier, par rapport aux trois exercices précédents.

Le patrimoine net des ménages suisses a augmenté de 54 milliards de francs en 2015, pour s'inscrire à 3394 milliards (+1,6% par rapport à fin 2014). Le total brut des actifs a crû de 75 milliards à 4210 milliards (+1,8%), les passifs progressant de 21 milliards à 817 milliards (+2,6%), indique la Banque nationale suisse (BNS) mardi dans un communiqué.

Les actifs sont constitués du patrimoine immobilier, dont la valeur a augmenté de 47 milliards à 1868 milliards (+2,6%) et du patrimoine financier, soit principalement des droits sur des assurances et des caisses de pensions, qui ont progressé de 28 milliards à 2343 milliards (+1,2%).

La progression des actifs financiers est inférieure aux années précédentes, en raison principalement de la stagnation du cours des actions en 2015, note la BNS. Quant à la valeur du patrimoine immobilier, son évolution a été marquée par une hausse persistante mais plus lente des prix.

Entre 2012 et 2014, le patrimoine des ménages avait connu une expansion plus rapide qu'en 2015, grâce à une hausse plus rapide des prix de l'immobilier et à des gains en capitaux sur les actifs financiers, constate la BNS.

Les sociétés non financières ont vu leurs actifs progresser de 34 milliards de francs à 1106 milliards (+3,2%), grâce à des acquisitions à l'étranger et à des restructurations au sein des entreprises. Les actifs sont constitués pour moitié d'actions et de participations et pour un quart de crédits. Quant aux passifs, ils ont crû de 24 milliards à 1987 milliards (+1,2%).

Pertes de la BNS

Les actifs financiers des administrations publiques ont reculé de 25 milliards à 265 milliards (-8,6%), en raison des pertes enregistrées par la BNS. Ils sont constitués de participations dans les entreprises publiques, des placements des assurances sociales, mais également de la part que détiennent les administrations publiques dans les fonds propres de la BNS.

Les passifs des administrations publiques sont restés à l'équilibre à 304 milliards de francs. Si la valeur des titres de créance a légèrement augmenté en raison de la hausse des cours, leur nombre a diminué.

Enfin, les actifs financiers des sociétés financières ont progressé de 207 milliards à 6078 milliards (+3,5%), grâce aux achats de titres et d'actions effectués par la BNS et à l'évolution des crédits des banques. Quant aux passifs, ils ont augmenté de 235 milliards à 5900 milliards (+4,1%). Il s'agit principalement de dépôts et de droits sur les assurances et caisses de pensions.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."