Bilan

La consolidation du secteur bancaire n'est pas terminée, selon KPMG

Les petites banques privées manquent d'échappatoires et les établissements de plus grande envergure prennent de l'avance, selon le responsable des services financiers de KPMG Suisse.

Des changements techniques et réglementaires ouvrant la voie à un traitement des données clients hors de Suisse serait susceptible d'induire une vague massive de délocalisations de postes vers l'étranger.

Crédits: Keystone

La consolidation à laquelle assiste le secteur bancaire n'est pas prête d'avoir trouvé son épilogue, de l'avis de Philipp Rickert, responsable des services financiers et du secteur bancaire auprès de KPMG Suisse. "Il n'existe aucun signe indiquant que la situation s'améliorera dans un avenir prévisible", a déclaré l'économiste en entretien avec AWP.

D'une part, les frais restent élevés et les petites banques privées manquent d'échappatoires. D'autre part, les établissements de plus grande envergure prennent de l'avance et investissent massivement dans la numérisation. "Tous ne peuvent ou ne veulent vraisemblablement pas engager de telles sommes", relève M. Rickert.

Le nombre d'établissements est amené à se réduire drastiquement, à "potentiellement moins de 200", estime l'expert. L'Association des banques suisses compte à ce jours 310 membres. Le risque pèse également sur les postes de travail. Si le nombre d'emplois dans le secteur est resté relativement stable à ce jour, M. Rickert perçoit un transfert de la relation directe avec le client vers des contacts plus virtuels.

Des changements techniques et réglementaires ouvrant la voie à un traitement des données clients hors de Suisse serait susceptible d'induire une vague massive de délocalisations de postes vers l'étranger.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."