Bilan

La chute d'un petit courtier coûte des millions à BNP Paribas

Plusieurs grandes banques, dont la française BNP Paribas, se sont retrouvées avec une ardoise de près de 130 millions d'euros après la faillite d'un petit courtier basé à Londres.

Invexstar Capital Management, une petite firme financière appartenant à des hommes d'affaires italiens, prenait des positions spéculatives sur les marchés obligataires pour des milliards de livres, bien que ne disposant que de capitaux très limités.

Crédits: Reuters

Plusieurs grandes banques, dont la française BNP Paribas, se sont retrouvées avec une ardoise totalisant près de 130 millions d'euros après la faillite d'un petit courtier basé à Londres, a indiqué lundi une source proche du dossier.

Invexstar Capital Management, une petite firme financière appartenant à des hommes d'affaires italiens, prenait des positions spéculatives sur les marchés obligataires pour des milliards de livres, bien que ne disposant que de capitaux très limités.

Sa chute a laissé une ardoise d'au moins 97 millions de livres (129 millions d'euros) au total pour plusieurs banques, dont 49 millions de livres (65 millions d'euros) pour la seule BNP Paribas, a indiqué une source proche du dossier, confirmant des informations du journal The Times.

La japonaise Nomura, l'américaine Morgan Stanley et la néerlandaise ING comptent également parmi les victimes, qui essaient de récupérer leurs fonds auprès des administrateurs judiciaires.

"La taille des pertes de chacune des banques prises dans cette affaire indique que les positions (de Invexstar) devait être absolument énormes. Franchement, je suis stupéfait de la manière dont cela a pu se produire, en particulier compte-tenu de la taille des firmes impliquées", a réagi un responsable d'une grande banque cité par le Times, sous le couvert de l'anonymat.

Selon lui, Invexstar était une entreprise minimaliste qui se limitait en fait à un terminal Bloomberg et un ou deux téléphones dans un bureau.

BNP Paribas n'a pas souhaité faire de commentaire et les autres banques, contactées par l'AFP, n'avaient pas réagi dans l'immédiat lundi matin.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."