Bilan

La Chine va reprendre ses introductions en Bourse

Les introductions d'entreprises sur les Bourses de Shanghai et Shenzhen avaient été interrompues pendant quatre mois à la suite de l'effondrement des marchés chinois cet été.

La place de Shanghai avait dégringolé de presque 40% en l'espace de quelques semaines à partir de mi-juin, ce qui avait incité les régulateurs à suspendre, courant juillet, 28 introductions boursières déjà programmées.

Crédits: afp

Les introductions d'entreprises reprendront la semaine prochaine sur les Bourses de Shanghai et Shenzhen, ont indiqué lundi plusieurs sociétés concernées, après avoir été interrompues pendant quatre mois à la suite de l'effondrement des marchés chinois cet été.

La place de Shanghai avait dégringolé de presque 40% en l'espace de quelques semaines à partir de mi-juin, ce qui avait incité les régulateurs à suspendre, courant juillet, 28 introductions boursières déjà programmées.

Mais les Bourses, depuis début septembre, ont remonté et sont désormais jugées assez stables pour que soient reprises les nouvelles cotations, avait annoncé vendredi soir la Commission de régulation des marchés financiers (CSRC).

Kailong Chemical, un producteur d'explosifs destinés à l'industrie minière, fera partie d'une salve de dix entreprises qui feront leurs premiers pas boursiers la semaine prochaine, selon des communiqués des firmes concernées.

Simultanément, entre autres, Duzhe, éditeur connu pour son magazine littéraire très populaire, fera son apparition sur la cote shanghaienne, tandis que Thunder Software Technology rejoindra le ChiNext, plateforme réservée aux firmes technologiques.

Ces dix entreprises figurent parmi les 28 dont l'introduction en Bourse avait été suspendue, et les 18 restantes seront cotées d'ici la fin de l'année.

Ces annonces étaient néanmoins commentées avec circonspection par les experts, certains s'inquiétant d'une rechute des Bourses sous la pression du flot de nouvelles actions émises.

"Clairement, les gens redoutent que ces introductions attirent à court terme les fonds des investisseurs au détriment du reste du marché", plombant l'ensemble de la cote, s'alarmait Zhang Yanbing, analyste du courtier Zheshang Securities.

Les régulateurs chinois ont cependant signalé un changement à venir des règles du jeu.

De façon habituelle en Chine, avant le krach boursier, les nouveaux titres étaient émis à un niveau très sous-évalué et en nombre restreint, ce qui leur permettait souvent de bondir de plus de 40% au premier jour de cotation assurant des gains garantis aux investisseurs assez chanceux (ou bien connectés) pour se voir attribuer ces actions.

L'intérêt est tel que les investisseurs désireux d'y souscrire doivent immobiliser l'argent nécessaire par avance --ce qu'ils font en retirant des fonds ailleurs.

Pour remédier à ce phénomène hautement perturbateur, la CSRC supprimera cette obligation, en mettant en place un nouveau système dans lequel seuls paieront les investisseurs finalement sélectionnés pour souscrire à l'émission.

Mais ces nouvelles règles, destinées à limiter les effets délétères sur la volatilité des marchés, ne seront mises en place qu'après les 28 introductions d'entreprises prévues d'ici à la fin de l'année.

La CSRC garde par ailleurs toute latitude pour décider du calendrier, du nombre d'actions émises et de leur cours d'introduction, autant de facteurs qui dépendent dans les autres pays des entreprises et du marché.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."