Bilan

La Chine promet un yuan "relativement stable" cette année

La banque centrale chinoise évacue les accusations de Donald Trump de sous-évaluer le yuan qui a chuté de 7% face au dollar l'an dernier.

Pékin s'est efforcé d'enrayer le déclin de sa monnaie, rachetant des yuans à tour de bras en puisant dans les réserves de changes du pays.

Crédits: Keystone

Après son long plongeon face au dollar, le yuan devrait rester "relativement stable" cette année, a assuré vendredi la banque centrale chinoise, évacuant les accusations de sous-évaluation de l'administration Trump, et imputant d'éventuelles fluctuations... au relèvement des taux américains.

Le yuan a chuté de quelque 7% face au billet vert l'an dernier, amenant le président américain Donald Trump à muscler ses critiques contre Pékin, accusant le régime communiste d'affaiblir délibérément sa devise pour doper ses exportations.

Lors d'une rare apparition, le gouverneur de la banque centrale chinoise (PBOC), Zhou Xiaochuan, s'est attaché à désamorcer la controverse.

"La volatilité du yuan en 2016 a été entretenue par un mouvement effréné de dépenses et d'investissements chinois à l'étranger (...) et par les incertitudes liées à l'élection américaine", a-t-il fait valoir lors d'une conférence de presse.

En réalité, de massives fuites de capitaux hors de Chine, sortis par des investisseurs affolés par l'essoufflement de l'économie chinoise et en quête de placements plus rémunérateurs, ont largement plombé le yuan, en dépit des restrictions prises par les autorités pour endiguer l'hémorragie.

A rebours des accusations de M. Trump, Pékin s'est efforcé d'enrayer le déclin de sa monnaie, rachetant des yuans à tour de bras en puisant dans les réserves de changes du pays --qui ont fondu d'un quart en l'espace de deux ans: "un phénomène parfaitement normal", a évacué M. Zhou.

"Avec la stabilisation de l'économie chinoise (...) le yuan devrait rester relativement stable cette année", a martelé le gouverneur, sans exclure des "fluctuations" liées aux "évolutions économiques mondiales".

En particulier, "l'écart" entre le relèvement en cours des taux d'intérêt aux Etats-Unis et une politique monétaire chinoise ultra-accommodante, est un "facteur perturbateur" à "court terme", a-t-il expliqué, car "l'argent va là où les taux sont élevés"... vers le dollar et au détriment du yuan.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."