Bilan

La Bourse suisse plonge avec les places européennes

La Bourse suisse chutait de 3,86% jeudi matin, à l'instar des autres places boursières européennes minées par l'incertitude qui plane sur l'économie mondiale.

A l'ouverture, la Bourse de Zurich s'affichait déjà en chute de près de 2,5%, avec les valeurs bancaires sous forte pression.

Crédits: Keystone

La Bourse suisse chutait de 3,86% jeudi matin à 10H23 (09H23 GMT), à l'instar des autres places boursières européennes.

A l'ouverture, la Bourse de Zurich s'affichait déjà en chute de près de 2,5%, avec les valeurs bancaires sous forte pression.

Les Bourses européennes ont toutes plongé peu après l'ouverture, les marchés financiers mondiaux étant toujours minés par l'incertitude qui plane sur l'économie mondiale.

Les places de Francfort, Madrid, Athènes, Copenhague, Helsinki, Vienne, Amsterdam et Bruxelles plongeaient toutes de plus de 3% aux alentours de 09H00 GMT. Londres cédait un peu moins de terrain (-2,55%). Milan s'enfoncait plus que les autres et cédait plus de 5%. Paris était à -4%.

Plus tôt, la Bourse de Hong Kong, qui reprenait ses activités après trois jours de congés, a reculé de près de 4% en clôture, tandis que celle de Tokyo était fermée pour cause de jour férié.

Le rebond vécu hier sur les places européennes n'aura été qu'un feu de paille, et les investisseurs semblaient donc décidés à continuer à creuser pour amener les valeurs vers le fond.

Le secteur bancaire, nouvelle cause d'inquiétude qui vient s'ajouter aux interrogations provoquées par la baisse des cours du pétrole ou le ralentissement chinois, se faisait de nouveau battre comme plâtre sur fond de résultats décevants pour les marchés.

La française Société Générale reculait de près de 13%, l'italienne Ubi Banca a été suspendue après s'être effondrée de 11,64%, BMPS (-8,15%), Mediobanca (-7,65%), l'espagnol Santader (-5,60%). En Allemagne, Deutsche Bank, la première banque allemande, qui avait été contrainte de publier un communiqué pour rassurer sur sa solvabilité et qui avait gagné 10,2% mercredi, s'enfoncait de nouveau de 7,20%.

A Londres, même tendance pour Standard Chartered (-7,81%), Barclays (-5,28%) Royal Bank of Scotland (-4,85%).

C'est un "tremblement de terre bancaire" jugeaient plusieurs journaux allemands.

Les prix du pétrole, autre sujet de préoccupation pour les marchés financiers reculaient aussi vers 09H00 GMT, tant pour le Brent qui était à 30,34 dollars pour avril, que le WTI pour mars (26,61 dollars).

La patronne de la Réserve fédérale américaine Janet Yellen, qui s'est inquiétée mercredi du ralentissement de l'économie mondiale et de ses conséquences pour l'économie américaine (et donc sur la poursuite du mouvement de remontée des taux) doit s'exprimer de nouveau jeudi.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."