Bilan

La Bourse de Shanghai clôture sur un plongeon de 8,5%

La Bourse de Shanghai a terminé lundi sur un plongeon de presque 8,5%, sa plus forte baisse journalière depuis huit ans, dans un marché toujours affolé par la morosité de l'économie chinoise.

L'indice composite shanghaïen a clôturé en baisse de 8,49%, ou 297,83 points, à 3.209,91 points, dans un volume d'échanges de 359 milliards de yuans (49,2 milliards d'euros).

Crédits: AFP

La Bourse de Shanghai a terminé lundi sur un plongeon de presque 8,5%, sa plus forte baisse journalière depuis huit ans, dans un marché toujours affolé par la morosité de l'économie chinoise, et en dépit des efforts des autorités pour rassurer les investisseurs.

L'indice composite shanghaïen a clôturé en baisse de 8,49%, ou 297,83 points, à 3.209,91 points, dans un volume d'échanges de 359 milliards de yuans (49,2 milliards d'euros).

Il a lâché jusqu'à 9% en cours de séance. Il s'agit de sa plus forte baisse journalière depuis février 2007.

La Bourse de Shenzhen a elle terminé sur une chute de 7,70% à 1.882,46 points.

La place shanghaïenne s'était déjà effondrée de 11,5% la semaine dernière, minée par un regain d'inquiétude sur l'essoufflement persistant de l'économie chinoise.

Un indice manufacturier de référence publié vendredi est tombé à son plus bas niveau depuis six ans, signalant une violente contraction de l'activité manufacturière en août.

Par ailleurs, après les interventions massives du gouvernement depuis fin juin pour stabiliser les Bourses locales, beaucoup d'investisseurs redoutent désormais un retrait prématuré des mesures de soutien.

Soucieux de rassurer, Pékin a annoncé dimanche que le gigantesque fonds de pension national allait être autorisé à investir jusqu'à 30% de ses actifs nets en actions.

Mais la mesure n'a pas convaincu les investisseurs --pour l'écrasante majorité des particuliers et petits porteurs.

"C'est une avancée positive", mais en l'absence de nouvel assouplissement de politique monétaire par la banque centrale ou d'"autres mesures de grande ampleur", "les investisseurs ont apparemment été déçus", commentait Gerry Alfonso, analyste du courtier Shenwan Hongyuan cité par Bloomberg.

Mais la défiance est telle que même avec des annonces de plus gros calibre, "on peut se demander si le marché aurait vraiment rebondi", ajoutait-il.

"Les interventions du fonds de pension ne vont pas se réaliser avant longtemps, et les valorisations sont encore trop élevées", soulignait de son côté Qian Qimin, expert de la même maison de courtage.

De fait, les craintes de "bulle" persistent: avant de s'effondrer mi-juin, la Bourse de Shanghai s'était envolée de 150% en l'espace d'un an, dopée par l'endettement et de façon totalement déconnectée de l'économie réelle.

Dans ce contexte, les efforts répétés du gouvernement semblent n'avoir plus aucun effet.

"C'est un véritable désastre, et rien ne semble pouvoir l'arrêter", se désolait Chen Gang, responsable du fonds Heqitongyi Asset Management, cité par Bloomberg News.

Les Bourses asiatiques, de Tokyo à Hong Kong, ont dévissé de concert lundi, plombées par les inquiétudes sur la conjoncture mondiale et sur la Chine en particulier.

Les grandes sociétés financières ont été les grandes perdantes de la séance, plus de 800 actions ayant atteint leur limite maximum de baisse quotidienne autorisée de 10%, selon l'agence Bloomberg News.

C'est notamment le cas de China Merchant Securities, qui a perdu 10% à 16,04 yuans et de Citic Securities à 16,38 yuans.

Les deux géants pétroliers ont également souffert de la chute des cours mondiaux du pétrole qui sont passés sous la barre des 40 dollars le baril en Asie. PetroChina a cédé 4,90% à 9,51 yuans tandis que Sinopec a terminé sur une chute de 8,94% à 4,99 yuans.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."