Bilan

La Bourse de Paris pénalisée par la Chine et la Fed

Les craintes autour du ralentissement chinois n'ont pas disparu sur les marchés, qui s'interrogent dans le même temps sur le resserrement monétaire à venir de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Le marché Parisien s'est montré hésitant depuis l'ouverture, en l'absence de nombreux investisseurs pour cause de jour férié en Grande-Bretagne.

Crédits: AFP

La Bourse de Paris évoluait en nette baisse lundi après-midi (-1,02%), pénalisée par les incertitudes concernant le ralentissement économique chinois et la remontée des taux de la banque centrale américaine.

A 15H48 (13H48 GMT), l'indice CAC 40 perdait 47,48 points à 4.627,65 points, dans un volume d'échanges de 1,2 milliard d'euros. Vendredi, il avait temporisé (+0,36%) au lendemain d'un fort rebond.

Le marché Parisien s'est montré hésitant depuis l'ouverture, en l'absence de nombreux investisseurs pour cause de jour férié en Grande-Bretagne.

Il s'affichait par la suite en nette baisse dans l'après-midi, affecté par le repli de Wall Street.

"La baisse du marché est le reflet de l'anxiété des investisseurs à l'approche d'une rentrée de septembre plutôt chargée", constate Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque.

Les craintes autour du ralentissement chinois et ses répercussions sur l'économie mondiale n'ont pas disparu sur les marchés, qui s'interrogent dans le même temps sur le resserrement monétaire à venir de la Réserve fédérale américaine (Fed).

"Malgré les turbulences chinoises, la probabilité que la banque centrale américaine augmente ses taux dès le 17 septembre est plus forte que beaucoup d'investisseurs ne le croient", selon M. Dembik.

Le marché profite depuis des années d'une politique monétaire ultra-accommodante de la part de la Fed, qui maintient ses taux proches de zéro depuis fin 2008.

Le numéro deux de la banque centrale américaine, Stanley Fischer, a laissé la porte ouverte samedi à un relèvement des taux d'intérêt dès septembre tout en reconnaissant que la Fed surveillait étroitement l'évolution de l'économie chinoise.

Les investisseurs regarderont de près vendredi le rapport mensuel sur l'emploi américain, la Fed faisant largement dépendre ses décisions de politique monétaire de la teneur de la reprise aux Etats-Unis.

La Chine sera par ailleurs toujours scrutée alors que la Bourse de Shanghai a terminé lundi en baisse de 0,82% à la veille de la publication des indices PMI d'activité dans le pays "qui devraient calmer ou amplifier l'actuelle volatilité", estime John Plassard, chez Mirabaud Securities..

Parmi les valeurs, Iliad perdait 4,61% à 200,80 euros, ne profitant pas d'une hausse de 16% de son bénéfice net au premier semestre grâce notamment au recrutement d'un million de nouveaux clients.

Eurofins Scientifics était presque stable (-0,05% à 292,10 euros). Le groupe a relevé ses objectifs de ventes et de rentabilité opérationnelle pour l'année 2015, après avoir enregistré un bond de 34% de son bénéfice net au premier semestre.

Elior (+1,07% à 17,93 euros) était favorisé par un relèvement de recommandation par la banque d'affaires Bryan Garnier.

Le secteur pétrolier et parapétrolier reculait dans le sillage des cours du brut à l'image de Vallourec (-4,50% à 11,26 euros), Maurel et Prom (-2,55% à 4,71 euros), Total (-2,42% à 40,19 euros) ou encore Technip (-2,30% à 47,92 euros).

Fleury Michon (-2,31% à 63,50 euros) n'était pas recherché en dépit d'une publication faisant état d'une hausse de 5% de ses bénéfices au premier semestre, prévoyant en outre une croissance de son chiffre d'affaires et une stabilité de son résultat net cette année.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."