Bilan

La Bourse de Francfort recule fortement face à de nouveaux mauvais signes

La Bourse de Francfort reculait fortement mardi matin, pénalisée par des indicateurs décevants en Chine qui ont relancé les craintes sur l'accès de faiblesse généralisé du pays.

La place Francfortoise souffre à cause de l'activité manufacturière chinoise, qui s'est nettement contractée en août. Le gouvernement a annoncé mardi qu'elle était tombée à son plus bas niveau depuis trois ans.

Crédits: Reuters

La Bourse de Francfort reculait fortement mardi matin, pénalisée par des indicateurs décevants en Chine qui ont relancé les craintes sur l'accès de faiblesse généralisé du pays et ses implications pour la croissance mondiale.

A 07H25 GMT, l'indice vedette Dax lâchait 2,00% à 10.053,99 points, dans la foulée de sa baisse de la veille (-0,38%). Le MDax des valeurs moyennes perdait lui 1,69% à 19.345,75 points.

La place Francfortoise souffre à cause de l'activité manufacturière chinoise, qui s'est nettement contractée en août. Le gouvernement a annoncé mardi qu'elle était tombée à son plus bas niveau depuis trois ans, et le cabinet indépendant Markit a dressé un tableau encore plus sombre de la situation.

Globalement, le cadre général qui inquiète depuis des jours les marchés "n'a que peu voire pas changé", observe Christian Schmidt, analyste de la banque Helaba.

"Le marché actions en Chine chancelle toujours, la menace d'une hausse des taux aux USA et aussi la situation dans les pays émergents ne doivent pas être ignorés", rappelle-t-il.

Lors de la séance, les investisseurs surveilleront plusieurs indicateurs manufacturiers en Europe et aux Etats-Unis, ainsi que les chiffres du chômage de la zone euro au mois de juillet.

Côté valeurs, tous les membres du Dax voyaient rouge. En tête de l'indice, le réassureur Munich Re (-0,70% à 162,25 euros), l'énergéticien EON (-0,74% à 10,03 euros) et son concurrent RWE (-0,93% à 19,15 euros) essuyaient les pertes les moins lourdes.

RWE a d'ailleurs été retiré de l'indice Euro Stoxx 50 des plus grandes valeurs européennes, après que son action a dégringolé de plus de 48% cette année, pénalisée par la chute des prix de l'électricité et la transition énergétique allemande.

L'Euro Stoxx accueillera en revanche le groupe de santé Fresenius, qui ne profitait pas de la nouvelle, avec une chute de 2,13% à 61,71 euros.

L'assureur Allianz lâchait lui 1,44% à 140,20 euros. Selon le Handelsblatt, le groupe, toujours à la recherche de placements rentables, compterait investir dans l'aéroport de Londres et celui de Nice.

En queue d'indice, les géants de la chimie BASF (-2,45% à 70,06 euros) et Bayer (-2,94% à 117,40 euros) affichaient les plus forts reculs de la matinée. Bayer compte d'ailleurs toujours introduire en Bourse sa division de chimie plastique, renommée Covestro, malgré les soubresauts provoqués par la Chine sur les marchés, selon une interview donnée par le patron de Covestro Patrick Thomas au quotidien régional Rheinische Post. Covestro est devenu officiellement une société à part entière mardi.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."