Bilan

La BNS va tenter d'éviter des taux encore plus négatifs

Les économistes d'UBS estiment que la BNS va essayer d'éviter des taux encore plus négatifs et d'empêcher un raffermissement du franc par des interventions.

Pour Laurent Bakhtiari d'IG Bank, le président de la BNS, Thomas Jordan, n'aura pas d'autre choix pour éviter une appréciation du franc face à l'euro que de suivre son homologue de la BCE, Mario Draghi, si ce dernier assouplit d'avantage les conditions monétaires dans la zone euro.

Crédits: Keystone

La Banque nationale suisse (BNS) va tenter d'éviter des taux directeurs encore plus négatifs, lors de sa réunion de politique monétaire du 10 décembre, ont estimé mardi les économistes d'UBS. Mais face à une décision forte de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi, l'institut d'émission helvétique risque de ne pas avoir d'autre choix que de suivre le mouvement d'assouplissement.

"La BNS va essayer d'éviter des taux encore plus négatifs et d'empêcher un raffermissement du franc par des interventions", a indiqué Daniel Kalt, chef économiste pour la Suisse chez UBS. Mais si la BCE devait prendre des mesures fortes, "la BNS se trouvera sous pression et devra encore une fois abaisser ses taux", a-t-il souligné.

La banque centrale suisse applique actuellement une marge de fluctuation du Libor à trois mois entre -1,25% et -0,25% et un taux d'intérêt appliqué aux avoirs en comptes de virement détenus à la BNS à -0,75%. Ce dernier pourrait être ramené à -1,00%, avait récemment estimé Credit Suisse.

Pour Laurent Bakhtiari d'IG Bank, le président de la BNS, Thomas Jordan, n'aura pas d'autre choix pour éviter une appréciation du franc face à l'euro que de suivre son homologue de la BCE, Mario Draghi, si ce dernier assouplit d'avantage les conditions monétaires dans la zone euro.

"Les supputations vont bon train" sur l'institut d'émission européen, a estimé John Plassard, analyste chez Mirabaud Securities. "Si la majeure partie des analystes s'accordent à dire qu'il y aura une action forte de la part de l'institution européenne, le consensus oscille entre 15 et 20 mrd EUR additionnel (aux 60 mrd EUR actuels) de rachats d'actifs pour une prolongation de 4 à 6 mois", a-t-il souligné.

La BCE pourrait également opter pour une baisse des taux de dépôt, que les analystes attendent à -0,15%. Mario Draghi pourrait aussi, en terme de nouvel outil, annoncer l'opportunité de racheter des obligations émises par des villes ou des régions. Finalement, le rachat de portefeuilles de prêts bancaires titrisés pourrait aussi être annoncé.

A l'inverse de la BCE et le BNS, la Réserve fédérale américaine (Fed) devrait resserrer sa politique monétaire lors de sa réunion du 15 et 16 décembre.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."