Bilan

La BNS continuerait d'intervenir pour soutenir le franc

Les réserves en devises de la Banque nationale suisse ont légèrement augmenté en janvier à 498,4 milliards de francs, contre 495,1 milliards fin décembre.

L'ensemble des réserves de la banque nationale, hors or, s'inscrivait en janvier à 504,3 mrd CHF, après avoir totalisé 501,6 mrd sur le mois précédent, a indiqué vendredi la BNS sur son site internet.

Crédits: Keystone

Les réserves en devises de la Banque nationale suisse (BNS) ont légèrement augmenté en janvier à 498,4 mrd CHF, contre 495,1 mrd fin décembre. Selon des analystes, l'institut d'émission continue d'intervenir pour soutenir le franc, malgré l'abandon du taux plancher.

L'ensemble des réserves de la banque nationale, hors or, s'inscrivait en janvier à 504,3 mrd CHF, après avoir totalisé 501,6 mrd sur le mois précédent, a indiqué vendredi la BNS sur son site internet.

La progression s'avère plus faible qu'en décembre, où le montant des devises avait augmenté de 30 mrd CHF. Cela ne signifie pas toutefois que la banque centrale ne soit pas intervenue en janvier sur le marché pour affaiblir le franc suisse. Au contraire, comme elle l'a elle-même indiqué avant sa décision surprise du 15 janvier, elle est intervenue massivement sur le marché des changes et continue à le faire, avec cette fois un plancher mobile, estiment les analystes.

Avec l'appréciation du franc, la valeur des devises détenues s'est massivement réduite. La BNS détenait ainsi fin décembre 196,6 mrd EUR dans ses livres, correspondant à 236 mrd CHF à un taux de change de 1,20. Ces devises ne pesaient plus fin janvier que 204 mrd CHF, à un cours de 1,04, soit 30 mrd CHF de moins.

MOINS D'INTERVENTIONS DE LA BNS

La banque centrale est intervenue massivement sur le marché des changes, augmentant légèrement son niveau de réserves en janvier. D'autres facteurs, tels que des variations de cours sur les actions ou obligations ou encore des paiements d'intérêt et de dividende ont pu jouer un rôle, mais sont difficilement quantifiables dans la mesure la BNS n'a pas publié de détails sur son portefeuille.

Pour IG Bank, il faudra attendre la publication des réserves de février pour en avoir le coeur net. Pour l'heure, un de ses analystes renvoie aux rumeurs qui courent selon lesquelles la BNS, de manière inofficielle, soutiendrait le franc dans une fourchette de 1,05 à 1,10 EUR/CHF. Cette hypothèse est tout à fait crédible, selon lui, car le franc se maintient très bien autour de ce niveau.

"Les données publiées aujourd'hui (vendredi) suggèrent d'importantes interventions par la BNS sur le marché du change en janvier, mais le pic est vraisemblablement passé", a souligné Credit Suisse dans une note. Selon les estimations de la banque, la BNS a perdu de 50 à 55 mrd CHF en janvier sur ses réserves en devises en raison du raffermissement du franc. Elle aurait donc acheté pour 55 à 60 mrd CHF de monnaies pour défendre le franc.

Il apparaît improbable que la BNS poursuive ses achats à un tel niveau, a ajouté Credit Suisse. Le franc s'est d'ailleurs relâché, après avoir passé la parité EUR/CHF suite à l'annonce du 15 janvier. La monnaie suisse semble se stabiliser autour de 1,05 EUR/CHF rendant les interventions de la BNS moins nécessaires.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."