Bilan

La BCVs relève l'âge de la retraite de ses employés

La Banque cantonale du Valais (BCVs) a bouclé 2016 sur un bénéfice de 57,5 millions de francs, en hausse de 1,3% sur un an.

La banque a décidé d'augmenter l'âge de la retraite à 64 ans, contre 62 précédemment. 

Crédits: Keystone

La Banque cantonale du Valais (BCVs) a bouclé 2016 sur un bénéfice net de 57, 5 mio CHF, en hausse de 1,3% sur un an. La performance de l'établissement a été amoindrie par une allocation unique de 11 mio CHF versée à la caisse de pension de la BCVs, alors que l'âge de la retraite des employés a été relevée. La stabilité devrait être de mise pour 2017.

Le conseil d'administration propose le versement d'un dividende de 3,00 CHF au titre de 2016, en hausse de plus de 11% sur un an, indique la BCVs mercredi. A l'occasion des cent ans de la société, cette rémunération ne sera pas soumise à l'impôt anticipé.

Pour leur part, les employés devront travailler plus longtemps avant de jouir de leur pension. La banque a décidé d'augmenter l'âge de la retraite à 64 ans, contre 62 précédemment. La Caisse de retraite et de prévoyance de la BCVS a pour sa part abaissé son taux technique à 2,00 de 2,75%.

Ces mesures permettront de générer des capitaux à hauteur de 87 mio CHF et de remédier à la baisse des rendements des placements, selon le communiqué. La banque a mis la main à la pâte en versant une allocation unique de 11 mio CHF.

Cette charge extraordinaire a pesé sur le résultat opérationnel, qui plonge de 9,2% à 100,3 mio CHF. Sans l'allocation à la caisse de pension, une modeste hausse de 0,8% est constatée, à 111,3 mio CHF. Les charges se sont envolées de 13,5%, à 118,4 mio CHF ou 2,9% hors effets extraordinaires.

Gestion de fortune à la peine

Les frais de personnel ont également alourdi les coûts de l'établissement valaisan, qui renforcé ses équipes notamment pour accroître sa présence de proximité dans les succursales.

Principale source de revenus, les opérations d'intérêt ont vu leur résultat net progresser de 4,3% à 165,4 mio. La BCVs précise qu'elle ne répercute pas les taux négatifs à la grande majorité de sa clientèle.

La direction pointe du doigt la morosité des marchés financiers et le durcissement de la réglementation pour expliquer une fort recul dans les activités de gestion de fortune. Les opérations de commissions et de prestations de service ont subi un rabotage de 3,3% à 34,7 mio CHF.

Le produit issu des opérations de négoce a bondi de 21,0% à 23,7 mio. Les autres résultats ordinaires ont plongé de 40,6% à 5,1 mio CHF.

Le ratio coûts/revenus a été péjoré de 4,8 points à 51,7%, selon les indications fournies par la BCVs.

Les créances hypothécaires ont connu une progression marquée (+5,9%) à 8,95 mrd CHF. Les dépôts clientèle se sont fixés à 9,30 mrd CHF, soit une hausse de 2,6%. La somme du bilan a enflé de 4,9% à 14,63 mrd.

La ratio de fonds propres durs s'est étoffé de 0,4 point de pourcentage à 16,8%.

Pour 2017, la BCVs s'attend à des "résultats dans la continuité des années précédentes, dans un contexte économique toujours incertain". La banque cantonale table sur un bénéfice dans la ligne de celui de 2016.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."