Bilan

La BCE veut garantir le contrôle des transactions en euros après le Brexit

La BCE veut garantir après le Brexit sa mission de surveillance des transactions en euros actuellement réalisées en majorité depuis Londres.

La question est de savoir comment va se dérouler le contrôle des mastodontes qui brassent chaque jour des milliards de milliards d'euros de transactions.

Crédits: Reuters

La Banque Centrale Européenne entend garantir après le Brexit sa mission de surveillance des transactions financières en euros actuellement réalisées en majorité depuis Londres, selon une décision du conseil des gouverneurs de l'institution publiée vendredi.

Pour ce faire, la BCE a adopté une proposition de changement de rédaction d'un article de ses statuts, qui vise à "assurer l'efficacité et la solidité des systèmes de compensation et de paiements, et des systèmes de compensation pour les instruments financiers, au sein de l'Union et avec les pays tiers", a annoncé la banque centrale dans un communiqué.

Pour les banques et autres établissements financiers européens, Londres représente aujourd'hui la place où sont réglées, à travers des chambres de compensation, la majorité des transactions libellées en euros.

"Les chambres de compensation au Royaume-Uni compensent près de 90% des contrats d'échanges de taux des banques de la zone euro, et 40% des instruments de couverture de défaillance sur des crédits, c'est dire leur importance pour la stabilité de la zone euro", a récemment rappelé Benoit Coeuré, membre du directoire de la BCE, dans un discours à Francfort.

La question est de savoir comment va se dérouler la surveillance de ces mastodontes de la finance, qui brassent chaque jour des milliards de milliards d'euros de transactions, une fois que le Royaume-Uni sera sorti de l'Union Européenne.

La BCE entend préserver à l'avenir sa fonction de surveillance des chambres de compensation afin de garantir la bonne transmission de sa politique monétaire et le fonctionnement des systèmes de paiement en euro, lesquels seraient mis à mal en cas de défaillance d'une des chambres de compensation, prévient l'institution.

La proposition de la BCE d'amender ses statuts, qui sera soumise à l'aval des Conseil et Parlement européens, parvient dix jours après la présentation par la Commission européenne d'une révision de directive visant à garantir la stabilité financière des chambres de compensation "de nature systémique pour l'Union Européenne", comme le rappelle la BCE.

Les visées de Bruxelles pourraient de fait conduire à relocaliser dans l'UE des activités de compensation de transactions en euro, au grand dam de la City.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."