Bilan

La BCE relève ses aides d'urgence aux banques grecques de 900 millions

La BCE a décidé de relever de 900 millions d'euros sur une semaine le plafond des prêts d'urgence accordés aux banques grecques, leur dernière source de financement.

M. Draghi a enfin reconnu que la santé des banques grecques posait désormais "un problème systémique". En conséquence, la BCE a promis d'annoncer à l'avenir ses décisions sur ELA de manière officielle, ce qu'elle ne faisait pas jusqu'à présent.

Crédits: Reuters

La Banque centrale européenne (BCE) a décidé de relever de 900 millions d'euros sur une semaine le plafond des prêts d'urgence accordés aux banques grecques, leur dernière source de financement, a annoncé jeudi le président de la BCE, Mario Draghi.

"Nous avons décidé aujourd'hui de relever ELA", acronyme pour ces financements d'urgence qui étaient plafonnés depuis fin juin à près de 89 milliards d'euros, a indiqué, lors d'une conférence de presse, Mario Draghi. La hausse de 900 millions d'euros correspond à ce qu'avait demandé la Banque de Grèce pour ses banques, a-t-il précisé.

La BCE agit en partant du principe que la Grèce "est et restera un membre de la zone euro", a-t-il martelé.

M. Draghi a jugé que l'accord trouvé en début de semaine sur le principe d'un troisième plan d'aide pour la Grèce, de plus de 80 milliards d'euros, et le vote dans la nuit de mercredi de premières réformes par le Parlement grec faisaient que "les conditions pour un relèvement d'ELA (étaient) à nouveau données".

Avec cette décision, la BCE rouvre ainsi un robinet qu'elle avait fermé depuis quelques semaines, en choisissant à plusieurs reprises de ne pas augmenter le plafond de ces fonds d'urgence aux banques.

M. Draghi a par ailleurs jugé "injustifiées et totalement infondées" les critiques selon lesquelles la BCE aurait maintenu une pression trop importante sur les banques hellènes et provoqué une panique bancaire.

"ELA a augmenté de 0 à 90 milliards" depuis le début de la crise grecque, et "l'eurosystème est désormais exposé à la Grèce à hauteur de 130 milliards", s'est-il justifié, en soulignant que l'Europe est ainsi le principal créancier de la Grèce.

M. Draghi a également estimé que les contrôles des capitaux mis en place en Grèce "ont protégé les déposants". Il s'est dit conscient que de telles mesures "brident la reprise économique" mais a recommandé d'agir "avec prudence" quant à leur levée. Cette décision revient toutefois au seul gouvernement grec, a-t-il reconnu.

M. Draghi a enfin reconnu que la santé des banques grecques posait désormais "un problème systémique". En conséquence, la BCE a promis d'annoncer à l'avenir ses décisions sur ELA de manière officielle, ce qu'elle ne faisait pas jusqu'à présent.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."