Bilan

La banque Mitsubishi hésite entre Amsterdam et Paris

La banque japonaise Mitsubishi UFJ Financial Group hésite entre Amsterdam et Paris comme siège européen pour ses activités de courtage, en prévision du Brexit.

La maison-mère MUFG a indiqué pour sa part qu'Amsterdam était "un des meilleurs candidats".

Crédits: AFP

La méga-banque japonaise Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG) hésite entre Amsterdam et Paris comme siège européen pour ses activités de courtage, en prévision de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit).

"Amsterdam et Paris sont les deux candidats" restants, a déclaré lundi à l'AFP un porte-parole de Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities. "Nous devons prendre des décisions bientôt, donc nous avons réduit le nombre d'options possibles".

Les discussions sont en cours, a-t-il précisé, ajoutant que le calendrier du transfert et le nombre de postes concernés n'avaient pas encore été déterminés.

Il réagissait à un article du Financial Times selon lequel MUFG a fait le choix d'Amsterdam, où "plusieurs centaines d'emplois" pourraient migrer parmi les 2.100 personnes qui travaillent actuellement à Londres.

La maison-mère MUFG a indiqué pour sa part qu'Amsterdam était "un des meilleurs candidats", via sa porte-parole Kana Nagamitsu. "Nous avons déjà un bureau sur place, donc nous pourrions espérer des synergies". Elle n'a pas souhaité donner le nom des autres villes en lice.

Ces dernières semaines, plusieurs banques internationales ont commencé à dévoiler leurs plans post-Brexit, la plupart faisant part de leur préférence pour Francfort, siège de la banque centrale et du superviseur bancaire européens.

Parmi elles, les poids lourds américains Morgan Stanley, Citigroup ou Goldman Sachs, les établissements japonais Sumitomo Mitsui Financial Group (SMFG), Daiwa Securities et Nomura, ou encore le britannique Standard Chartered.

Face à ces annonces, la place parisienne apparaît distancée. A ce jour, seule la banque britannique HSBC a dit vouloir relocaliser un millier d'emplois vers la capitale française. Les grands groupes français ont par ailleurs promis de rapatrier leurs effectifs vers l'Hexagone.

La ville de Dublin a quant à elle réussi à attirer Bank of America et JPMorgan Chase.

Le secteur financier est en première ligne, alors que le Brexit pourrait priver les banques installées au Royaume-Uni des fameux "passeports financiers" européens, qui permettent à tout établissement situé dans un pays de l'UE de travailler dans les autres pays de l'union.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."