Bilan

La banque italienne BMPS maintient le plan annoncé

La banque italienne en difficulté BMPS va poursuivre son opération de recapitalisation en ayant recours au marché.

En raison de l'instabilité politique, la banque avait demandé à la BCE un délai, jusqu'au 20 janvier, pour mener à bien son plan de sauvetage.

Crédits: AFP

La banque italienne en difficulté BMPS a annoncé dimanche soir qu'elle poursuivrait son opération de recapitalisation conformément au plan annoncé en juillet, soit en ayant recours au marché.

Après que des informations de presse eurent fait état vendredi du refus de la Banque centrale européenne (BCE) de lui accorder un délai pour procéder à son augmentation de capital, son titre avait chuté de 10,5% à la Bourse de Milan et l'hypothèse un temps privilégiée était celle d'une intervention de l'Etat.

Mais dans un communiqué publié tard dimanche, à l'issue d'un conseil d'administration à Milan, la banque a affirmé que celui-ci avait "décidé de poursuivre les opérations pour la procédure (annoncée en juillet et présentée) au marché le 25 octobre dernier, dans les temps prévus par l'autorisation reçue".

Celle-ci court jusqu'au 31 décembre.

En raison de l'instabilité politique générée par la démission du chef du gouvernement Matteo Renzi, après la victoire du non au référendum constitutionnel le 4 décembre, la banque avait demandé à la BCE un délai, jusqu'au 20 janvier, pour mener à bien son plan de sauvetage, espérant davantage de sérénité.

La Monte dei Paschi di Siena (BMPS), la plus vieille banque du monde, est le maillon faible du système bancaire italien, dont la fragilité inquiète les marchés.

Le plan de sauvetage de la BMPS, dont le titre a chuté de plus de 80% depuis début 2016, prévoit la cession de 27,6 milliards d'euros de créances douteuses -ces prêts non remboursés qui risquent très fortement de ne jamais l'être - et une augmentation de capital pouvant aller jusqu'à cinq milliards d'euros.

Le premier acte de ce plan, une opération de conversion volontaire d'obligations en actions, a déjà permis, virtuellement, de collecter plus d'un milliard d'euros. Mais il reste quatre milliards d'euros à trouver.

La banque a précisé dimanche qu'elle rouvrirait la conversion volontaire d'obligations subordonnées en actions aux particuliers qui en étaient exclus dans la première opération. Entre un et deux milliards pourraient être collectés de cette manière, selon la presse italienne.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."