Bilan

Le taux de change EUR/CHF devrait s’approcher de 1,12

Une performance économique solide semble se profiler pour la seconde moitié de l’année, qui devrait soutenir la paire euro/franc suisse.

L'EUR/CHF et les rendements des Bunds affichent une forte corrélation.

Le taux de change euro/franc suisse (EUR/CHF) affiche une tendance légèrement haussière depuis un an. Cette dernière devrait se poursuivre et la paire de devises terminer l’année à un niveau proche de 1,12, avec un potentiel de risques haussiers.

Sur le plan structurel, des avancées historiques ont été réalisées sur le front de la coopération budgétaire au sein de l’Union européenne (UE). Le plan de relance Next Generation EU, convenu en juillet 2020, a permis à la Commission européenne de lever jusqu’à 750 000 milliards d’euros sur les marchés des capitaux pour pallier les difficultés économiques infligées par la crise du Covid. Outre son ampleur – 5,6% du PIB de l’UE –, ce plan est révolutionnaire de par la nature de son financement, réalisé par une émission de dette commune. Le tabou de la «mutualisation de la dette» est enfin tombé, avec des conséquences durables pour l’UE. En outre, cela élimine la menace de reconversion qui planait sur la monnaie unique depuis 2009. La disparition de cette prime de risque devrait soutenir l’euro tout en diminuant la nécessité d’accumuler des devises refuges telles que le franc suisse.

La confiance revient

Sur le plan cyclique, nous assistons à une reprise conjoncturelle très robuste. L’indice PMI mondial et les volumes des échanges commerciaux ont atteint des niveaux record. De surcroît, la vaccination s’accélère dans l’UE. La levée progressive des restrictions sanitaires posera donc les bases pour une performance économique solide dans la seconde moitié de l’année.

Durant cette phase, la croissance de la zone euro commencera à bénéficier des financements liés au fonds Next Generation, ainsi que d’une robuste reprise de la demande. Parallèlement, les rendements des Bunds allemands continueront d’augmenter, soutenant l’EUR/CHF. Si les rendements des Bunds augmentent à 0%, la paire EUR/CHF devrait s’échanger à 1,12. S’ils devaient se rapprocher de la moyenne de 2018, soit 0,40%, la paire EUR/CHF convergerait vers 1,15; cela ne constitue pas notre scénario central.

De surcroît, la confiance dans la zone euro augmentera, ce qui se traduira par une accélération des flux sortants des portefeuilles des résidents suisses, qui affichent une forte corrélation avec l’EUR/CHF. Intuitivement, lorsque les résidents suisses achètent des actifs étrangers (comme l’euro), ils convertissent des francs suisses en devises étrangères.

Tout retard dans la vaccination constitue un risque pour notre vue positive. Cela forcerait la Banque centrale européenne à poursuivre sa politique accommodante plus longtemps, stoppant la hausse des rendements des Bunds. Un autre risque réside dans la possibilité d’une utilisation inefficace du plan de relance par les Etats membres.

Enfin, la fin des négociations sur l’accord-cadre institutionnel ne devrait pas avoir d’impact immédiat sur l’EUR/CHF. D’une part, l’expiration graduelle des 120 accords bilatéraux existants laisse du temps pour une relance éventuelle des discussions. En outre, la Suisse continue de s’aligner sur les règles européennes sur nombre de sujets, ce qui facilitera les futures relations entre les deux partenaires commerciaux. Si certains risques demeurent, l’absence d’une voie bilatérale claire ne constitue pas le moteur principal de l’évolution du franc suisse.

Vasileios Gkionakis
Responsable de la stratégie devises, Banque Lombard Odier & Cie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."