Bilan

L'OCDE appelle à réformer la finance qui freine la croissance

L'OCDE a appelé à réformer le secteur financier, qui dans sa forme actuelle encourage les inégalités et risque de ralentir la croissance dans les pays développés.

L'OCDE pointe aussi du doigt la dérégulation excessive de la finance, le recours aux crédits bancaires plutôt qu'aux emprunts obligataires, la dégradation de la qualité du crédit.

Crédits: AFP

L'OCDE a appelé mercredi à réformer le secteur financier, qui dans sa forme actuelle a encouragé les inégalités et risque de ralentir la croissance dans les pays développés.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), un club qui regroupe 34 pays riches, s'appuie sur cinquante ans de statistiques pour démontrer certains effets nocifs de la finance.

"La finance est un ingrédient vital pour la croissance économique mais elle peut aussi prendre trop de place", souligne-t-elle dans une étude.

Sur les cinquante dernières années, les crédits bancaires accordés aux ménages et aux entreprises ont ainsi crû trois fois plus vite que l'activité économique.

"Dans la plupart des pays de l'OCDE, une poursuite de l'expansion (du crédit) aura plus de chances de ralentir la croissance que de l'encourager", estiment les auteurs.

En particulier, le crédit s'avère avoir des effets négatifs lorsqu'il est accordé aux ménages plutôt qu'aux entreprises, selon les données disponibles.

L'OCDE pointe aussi du doigt la dérégulation excessive de la finance, le recours aux crédits bancaires plutôt qu'aux emprunts obligataires, la dégradation de la qualité du crédit.

Elle critique encore le soutien des États aux établissements systémiques - ceux qui sont jugés trop gros pour pouvoir faire faillite sans menacer l'ensemble du système -, qui sont ainsi encouragés à prendre des risques inconsidérés dans leur activité.

Autres effet pervers de cette financiarisation: l'augmentation des inégalités de revenus, alors que les employés du secteur financier gagnent plus que la moyenne, peuvent emprunter plus facilement et ensuite investir sur les marchés.

L'OCDE propose quelques pistes pour remédier à ces problèmes, dont une réduction du soutien aux établissements systémiques.

"Une contribution saine du secteur financier à une croissance inclusive demande de solides marges de capital, des mesures pour réduire les subventions explicites et implicites aux institutions jugées trop grosses pour faire faillite et une réforme fiscale pour promouvoir la neutralité entre financement par la dette et par les capitaux propres", concluent les auteurs.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."