Bilan

L'appétit de Julius Bär pour les acquisitions n'est pas calmé

"Nous souhaitons profiter de l'actuelle consolidation de notre industrie, quand les opportunités se présenteront", a lancé le directeur général de Julius Bär.

"Notre groupe est prêt pour une nouvelle phase de développement et de transformation", affirme M. Collardi.

Crédits: Keystone

La banque de gestion Julius Bär reste à l'affût d'éventuelles acquisitions. "Nous souhaitons profiter de l'actuelle consolidation de notre industrie, quand les opportunités se présenteront", a lancé le directeur général (CEO) Boris Collardi lors de l'assemblée générale à Zurich.

L'expansion dans certains marchés peut être sensiblement reportée en l'absence d'acquisitions, selon le patron de l'établissement zurichois. "Tout ce qui brille n'est pas or", a-t-il toutefois averti.

Après la reprise des activités de gestion de fortune internationale (IWM) de Merrill Lynch, une phase de transformation qui aura duré près de dix ans a pris fin. La moitié de la masse sous gestion de Julius Bär provient des marchés de croissance, l'autre des marchés européens plus traditionnels. "Notre groupe est prêt pour une nouvelle phase de développement et de transformation", affirme M. Collardi.

L'entame de la nouvelle année a été "rude" pour les marchés financiers, a analysé le président Daniel Sauter. Pour ce dernier, cela prouve que la gestion de fortune demeure une activité cyclique et que ce n'est pas prêt de changer. Le profil de risque de ces affaires reste bas, a-t-il relativisé.

M. Sauter s'est félicité de la conclusion du conflit fiscal avec les Etats-Unis, intervenue en février. Il s'est engagé à fournir une assistance aux deux employés américains de Julius Bär qui font l'objet d'une procédure aux Etats-Unis.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."